Guy Goffette

Guy Goffette naît le 18 avril 1947 à Jamoigne dans la Gaume, sous-région de la Wallonie.

Ainé d’une famille ouvrière de cinq enfants, il passe son enfance à la campagne. Cette proximité avec la nature et avec les gens du milieu rural le marquera lui, ainsi que sa poésie. Guy écrit ses premiers poèmes alors qu’il est encore étudiant. Une grande partie d’entre eux seront repris dans son premier recueil intitulé Quotidien rouge qui paraît dès 1971 aux éditions de la Grisière. Guy est alors âgé de 24 ans.

Après sa scolarité, Guy décide de devenir instituteur. À côté de cette activité, il continue d’écrire des poèmes bien souvent publiés dans des revues. Puis, à partir des années 1980, il se lance dans l’édition. Il fonde notamment la revue Triangle en 1980, en compagnie d’autres poètes. Cette revue fera paraît douze numéro, jusqu’en 1987. Aussi, à partir de 1983, Guy dirige les éditions de l’Apprentypographie qui offrent en un nombre très réduit d’exemplaires de petits livres composés par lui, à la main. Parmi les auteurs publiés, on peut citer Umberto Saba ou encore Michel Butor. Il cessera cette activité en 1987 également.

À partir de 1986, Guy se consacre à divers travaux de critique littéraire, plus particulièrement pour la Nouvelle Revue Française. Passionné par le blues, il se lance dans la traduction d’anciens chants noirs d’Amérique. C’est à cette époque également qu’il prépare et rédige diverses préfaces et éditions de poètes.

En 1989, Guy reçoit le prix Mallarmé.

Un temps libraire, habite tour à tour Charleville-Mézières, Limoges, Paris… Il obtient le Prix de Poésie de l’Académie Française en 2001 pour l’ensemble de son œuvre.

Le Prix Goncourt de la Poésie Robert Sabatier lui est décerné en 2010.

En 2012, Guy devient membre du comité de lecture des Éditions Gallimard. Il y dirige aussi les collections Enfance en poésie et Folio Junior en Poésie.

Bibliographie

  • Pain perdu, Éditions Gallimard, 2020.
  • Petits riens pour jours absolus, Paris, Gallimard, 2016.
  • Un manteau de fortune, Éditions Gallimard, 2014.
  • L’adieu aux lisières, Éditions Gallimard, 2007.
  • Solo d’ombres, précédé de Nomadie, Éditions Gallimard, 2003.
  • Oiseaux, Éditions Gallimard, 2001.
  • Un manteau de fortune, Éditions Gallimard, 2001.
  • Un été autour du cou, Éditions Gallimard, 2001.
  • Tacatam blues, Cadex éditeur, 2001.
  • Partance et autres lieux suivi de Nema Problema, Éditions Gallimard, 2000.
  • Éloge pour une cuisine de province suivi de La vie promise, Éditions Gallimard, 2000.
  • Elle, par bonheur, et toujours nue, Éditions Gallimard, 1998.
  • Verlaine d’ardoise et de pluie, Éditions Gallimard, 1996.
  • Le pêcheur d’eau, Éditions Gallimard, 1995.
  • La vie promise, Éditions Gallimard, 1991.
  • Mariana.Portugaise, Éditions Le Temps qu’il fait, 1991.
  • Chemin des roses, en collaboration avec Bernard Noël, avec huit dessins de Colette Deblé, Éditions L’Apprentypographe, 1991.
  • Solo d’ombres, Éditions Ipomée , 1983.
  • Eloge pour une cuisine de Province, Éditions Champ Vallon, 1988.
    – repris avec La vie promise en Poésie/Gallimard, 2000.
  • Le relèvement d’Icare, en collaboration avec Yves Bergeret, Éditions La Louve, 1987.
  • Le Dormeur près du toit, Éditions Cahiers du confluent, 1983.
  • Huit muses neuves et nues, poèmes sur des photos de Miloslav Stibor, Éditions de la revue Objectif, 1983.
  • Prologue à une maison sans murs, Éditions Qui vive, 1983.
  • Solo d’ombres, Éditions Ipomée, 1983.
  • Nomadie, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1979.
  • Quotidien rouge, Éditions de la Grisière, 1971.