Guy Chambelland

(1927 – 1996)
Né en 1927 à Dijon. En 1950, il est professeur en région parisienne puis en Algérie. A cette même époque, il démissionne, s’installe dans le Gard et se consacre à la poésie en publiant son premier recueil La claire campagne. Il se lance également dans l’édition, il devient imprimeur, fonde la revue Le Pont de l’Epée, puis Le Pont sous l’eau et publie avec Jean Breton le premier numéro de Poésie 1. Il ouvre une librairie, située rue Racine à Paris. Son écriture qui s’inscrit dans un réalisme poétique est celle d’un poète de l’authenticité.

www.unicamp.br/~galvesc/gc.htm

Extrait

JE ne crois pas
Je ne crois pas, j’essaie seulement d’exister
de nier la nuit basse de parier la lumière
de dérouter l’ennui cet autre moi muet
ce boulanger de ma préhistoire
Je bâtis des poèmes dont je sais au départ
qu’ils deviendront ruine à la dernière tuile
et qu’il faudra sans fin recommencer
ce long travail absurde que je croyais envol
Je reste seul mais le temps de bâtir
entrouvre sur l’éclair enfermé dans les choses
j’avance alors dans un azur de femmes
comme un bateau dans les eaux de la mort

extrait de "C’était hier et c’est demain", éd. Seghers, 2004

Bibliographie

  • L’oeil du cyclone, 1963, José Millas-Martin ; Guy Chambelland, 1971
  • Limonaire de la belle amour, Librairie St Germain des Prés, 1967
  • Courtoisie de la fatigue, Guy Chambelland, Éditions Saint-Germain-des Prés, 1971
  • Les Dieux les mouches, Éditions Saint Germain des Prés, 1988
    L’Ire de la rame
    , anthologie poétique, La Bartavelle, 1997