Guillaume Apollinaire par Christian Olivier

Guillaume Apollinaire par Christian Olivier

" Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie
Ta vie que tu bois comme une eau de vie "
Le motif de l’alcool établit un parallélisme entre vie et poésie qui en lui se confondent en une même intensité ou brûlure. Au dépressif enivrement des buveurs d’absinthe et des fumeurs d’opium se substitue l’idée d’une euphorique ivresse collective. L’alcool d’Apollinaire n’est
plus le baudelairien " vin du solitaire ". Il rend plutôt possible une espèce d’ébriété cosmique, une inflammation lyrique, la saoulerie des " chants d’universelle ivrognerie. "
GUILLAUME APOLLINAIRE

Paru le 1er mai 2014

Éditeur : Thélème

Genre de la parution : CD

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.