Groupuscules du vertige de Kang Byung Ki

Groupuscules du vertige de Kang Byung Ki

"7.
Je vagabonde au temps des nouvelles reliques. Et je reste de moi des paquetages défaits, hère d’être tumescent du réel. A ne pouvoir penser. Je veux dire : surgir auréolé d’un travail de cisailles. A ne pouvoir jouir du laminage des plaies, à l’impact de savoir que l’impact a touché. Mais l’espace de l’espace est troué d’hourvaris."

Paru le 1er septembre 2010

Éditeur : Le Cormier

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Guennadi Aïgui

« Un peu »

bonheur ? – « Un peu »
béatitude – « Un peu » :

ô murmure : comme vent – du soleil :

de pain – un peu… et de lumière du jour… –

et du petit bruit des hommes
comme d’une nourriture – pour la Mort prête… –

que nous la rencontrions paisiblement
comme si nous étions tous toujours sur tout seuil –

en fraternelle souffrance… –

ô notre liberté !… – lueur d’âme :

simple :

« Un peu »
1975

Aïgui, « Un peu », Festivités d’hiver, traduit du russe par Léon Robel, Les Éditeurs français réunis, 1978.