Gallimard

Editions de Poésie (collection Blanche, La Pleïade, L’arbalète, Folio…)
Poésie étrangère
Poésie contemporaine (collection Poésie/Gallimard)
Poésie pour la jeunesse (Gallimard jeunesse, "enfance en poésie)
Poésie classique…

Collection Poésie/ Gallimard
« Poésie/Gallimard » est une collection au format poche de recueils poétiques français ou traduits. Chaque volume rassemble des textes déjà parus en édition courante — tantôt du catalogue Gallimard, tantôt du fonds d’autres éditeurs —, souvent enrichis d’une préface et d’un dossier documentaire inédits.

LES 61 AUTEURS PUBLIÉS EN « POÉSIE/GALLIMARD » DE LEUR VIVANT (HORS ANTHOLOGIES)
Adonis — Andrade — Aragon — Bobin — Bonnefoy — Borges — Bosquet — Boulanger — Butor — Caillois — Césaire — Char — Darwich — Deguy — Du Bouchet — Dupin — Follain — Fombeure — Frénaud — Gaspar — Glissant — Goffette — Grosjean — Guillevic — Holappa — Jabès — Jaccottet — Jouve — Júdice — La Tour du Pin — Leiris — Luca — Macé — Mallet — Morand — Neruda — Noël — Novarina — Oster — Paz — Pichette — Pieyre de Mandiargues — Ponge — Queneau — Ramos Rosa — Réda — Roche — Roubaud — C. Roy — Sabatier — Saint-John Perse — Schehadé — Soupault — Stéfan — Tardieu — H. Thomas — Torreilles — Valente — Velter — Verheggen — Yourcenar

et 13 éditions bilingues

Nombre de parutions par an : 15

Contact

3 - 5 rue Sébastien Bottin

75007

Paris

Au secret de la source et de la foudre

8 novembre 2018

Au secret de la source et de la foudre

Les poèmes qui composent cet ouvrage sont extraits de la correspondance inédite que l’auteur a entretenue avec Arlette Brunei entre 1960 et 1980. Ce sont des poèmes jetés sur le papier dans l’exaltation de l’amour, qui disent l’attente, le désir, la plénitude du cœur et des sens et qui magnifient le corps de l’aimée quand ils n’embrassent pas, n’embrasent pas tout ce qui l’entoure. Des poèmes où le primesautier, la fantaisie le disputent à l’émotion élégiaque, et que la sincérité et le charme (…)

Aberrations chromatiques

8 novembre 2018

Aberrations chromatiques

Ce recueil, qui mêle poèmes en vers et poèmes en prose, introduit le lecteur dans un monde singulier à la fois ancien et nouveau, légendaire et intime. Un monde situé à l’Est, entre Poméranie et Russie, avec des princesses, des vierges et des saintes, mais aussi des brutes et des héros sans nom. Dominique Pagnier, qui a l’art de transformer l’anecdote en légende, fait vibrer l’âme de faits et gestes évanouis. Un détail lui suffit pour extraire d’une scène banale (une noce à la campagne, un jour de classe) (…)

Lettres à Guillaume Apollinaire

25 octobre 2018

Lettres à Guillaume Apollinaire

Édition de Pierre Caizergues
Présentation :
On connaissait une dizaine de lettres de Lou à Guillaume Apollinaire. Grâce à une découverte récente dans les archives du poète, c’est désormais près de cinquante nouvelles lettres qui sont accessibles.
Lou, amante volage d’Apollinaire, assume sans culpabilité libertinage et liberté d’expression mais ne reste pourtant pas indifférente aux silences de Guillaume. Le poète apparaît alors moins comme le jouet d’une maîtresse frivole que comme celui qui a choisi de (…)

Tout terriblement

25 octobre 2018

Tout terriblement

Édition et préface de Laurence Campa.
Présentation de l’éditeur :
Tout terriblement est un florilège des plus fameux poèmes d’Apollinaire illustrés d’œuvres des peintres proches du poète qui fut, on le sait, un critique d’art visionnaire. De Matisse à Marie Laurencin et de Picasso à De Chirico et Derain, tous viennent illuminer les plus beaux poèmes de l’Enchanteur du siècle. Un livre comme un bréviaire du génie poétique d’Apollinaire, plein de mouvement et de couleur, propre à réjouir tous les amateurs de (…)

Canzoniere

20 septembre 2018

Canzoniere

Traduit de l’italien et préfacé par René de Ceccatty.
Monument de la poésie universelle, œuvre fondatrice du lyrisme amoureux qui inspira si intensément les poètes français de la Pléiade et, au-delà, influença toute la littérature européenne de la psychologie amoureuse, le Canzoniere de Pétrarque (1304-1374) demandait assurément pour que le lecteur moderne accède à sa beauté formelle et à son chant profond la nouvelle et magnifique traduction en vers de René de Ceccatty, aussi érudite qu’alerte et fluide. (…)

Tête en bas

24 mai 2018

Tête en bas

Dans ce recueil de poèmes, l’auteur entend revisiter entre tragique et dérision le passé des vies « ordinaires », celle de ses proches en particulier. Remontant l’arbre généalogique, il interroge le monde des « choses », statues, peintures, photos, objets du quotidien aussi bien que les appartements et les histoires d’amour qui s’y sont déroulées. Ses poèmes sont pour la plupart faits d’une seule longue phrase découpée en vers que l’auteur distribue avec un art consommé de justesse et d’ironie. On dirait un (…)

Enfin le royaume

8 février 2018

Enfin le royaume

Forme brève, mais moins abrupte que le haïku, le quatrain ne s’en tient pas au lapidaire, il sait donner du rythme à la pensée, à l’émotion, à la surprise, il sait initier un questionnement, amorcer une méditation, esquisser un chant.
À la suite des poètes chinois des origines, mais aussi d’Omar Khayyâm et d’Emily Dickinson, François Cheng atteste ici du pouvoir singulier de ce mode d’expression resserré, pourtant si peu enclos, si ouvert aux résonances, aux errances fertiles, voire à une manière salutaire (…)

Souvenirs de la maison du temps

1er juin 2017

Souvenirs de la maison du temps

Tout s’est passé là-bas à hauteur d’arbres
Les années fuyaient en tous sens
Le temps nous avait oubliés.
Il aurait suffi d’un seul regard
Et le mot à mot du crépuscule
Aurait tinté à nos oreilles.
Nous aurions eu l’âme pleine d’oiseaux sauvages
Et de falaises
De villages de sentiers.
Il y a tant de choses que nous ne savions pas
Il aurait suffi d’écouter en soi
Le dialogue de l’aube et des voix.
Et cette musique des appels nocturnes
Le parler des feuillages des cuivres et des automnes
Nous (…)

Ce léger rien des choses qui ont ont fui

1er juin 2017

Ce léger rien des choses qui ont ont fui

« Je suis revenu sur cette place sans plus savoir quelle rue
Prendre quelle rue rendre à la bourse des souvenirs vous
Aviez quoi là une barque un vélo des roses je ne sais plus
Aidez-moi à marcher dans ces rues basses j’ai la mémoire
Lavée je cherche des seins tendres une douceur framboise
Peut-être la beauté. »

Ma petite poésie ne connaît pas la crise

1er mai 2017

Ma petite poésie ne connaît pas la crise

"Oui ! Arrachons sans délai la poésie des mains
de ceux qui voudraient l’édulcorer davantage encore !
Délivrons-la de leur sirop !
Débarassons-la de leur moiteur bêlante !
Eradiquons-la de leurs mièvreries consternantes !
Redonnons-lui de la voix protestataire !
Redonnons-lui du peps !
De la musique de mots urticants !
Du texte de siouxsie énervé !
Du riff huileux de sax virulent !
De l’impro dantesque et carnassier !
De l’afro-beat écrit à l’encre de sépia !
De la gratte tribale
et du (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.