Feu nomade et autres poèmes de Gérard Chaliand

Feu nomade et autres poèmes de Gérard Chaliand

Préface de Claude Burgelin
Collection Poésie/Gallimard (n° 520), Gallimard
Parution : 14-11-2016
« Rien que la terre. Toute la terre. Gérard Chaliand est un nomade. Cavalier rapide plutôt que pressé, sans fin il parcourt la steppe ou la savane, la forêt ou le fjord, le cap Vert ou la Terre de Feu, New York ou Bamako, Kaboul ou Buenos Aires. Passion des lieux, des paysages, des villes – de leur beauté et leur diversité.
Pourtant, c’est la passion pour la guerre qui l’aura fait le plus souvent bondir aux quatre coins de la planète. Il a la passion des lieux parce qu’il aime ce qu’en a fait l’œuvre des hommes. Mais pour qu’une civilisation édifie, il faut qu’elle ait su être triomphante. Dans la guerre, par la lutte, avec du sang versé. C’est une des lois de ce monde – troublante, cruelle, absolument humaine – que Chaliand nous oblige à regarder lucidement.
Il n’a rien de l’homme d’armée, soldat ou capitaine. Il aime en revanche l’odeur de la poudre, le départ des chevaux, les nuits sous la tente, l’art d’attaquer, le tranchant ou l’éclair des armes. Il aime les risques…

Paru le 1er novembre 2016

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse)

Il arrive fréquemment que les hommes aient peur des chevaux. Certains jouent les indifférents, d’autres ne cachent pas leur inquiétude. Pégase, le cheval divin, avait des ailes d’ange à faire peur. Incitatus avait une écurie de marbre, une mangeoire en ivoire, à faire peur. Sur la tombe de son cheval, Alexandre fonda la ville de Bucéphalie et provoqua peur et questionnement. Mais là, là, dans ce champ jaune, il s’agit de retourner les terres les plus empierrées, car tout le monde ne possède pas encore son Massey Ferguson. Auquel on ne prête ni ailes ni ombres.

Jean-Louis Rambour, 33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Cahiers du Loup bleu, Les Lieux-Dits, 2020.