Fête de la patience

Fête de la patience

"L’œuvre de Rimbaud n’est pas une fin. Elle brûle de la tension de l’être, elle se consume dans l’embrasement du vivant, autant dire dans l’ultime commencement des choses et des mots.
Dans ce disque, entre « Roman » et « Bateau Ivre », ce n’est pas l’ordre chronologique des poèmes qui prévaut, mais plutôt le sillage d’une ligne de fond, comme une longue et lointaine rumeur des chants perdus. Elle irise les merveilles et démons de Rimbaud dans le débord des signes et le « dérèglement de tous les sens », offrant par là-même comme le bruit avant-coureur, traversé des mondes et des hommes, de la soif du « dégagement rêvé » qu’appelleront les Illuminations. Le temps de Rimbaud, le temps qu’il a perdu ou dont il a manqué, le temps qu’il a usé et rusé, reflète cet apparent désordre chronologique. « Moi pressé de trouver le lieu et la formule » (Vagabonds) ; mais Rimbaud, ici, se propose aussi de fêter la Patience… Comme pour, non pas le suspendre, mais déjouer le complot des saisons, « remonter à la vie* » dans le temps sans remède, trouver, en en chantant la fortune ou l’infortune, la note juste, la part vibratoire de la libre parole (…)"
Éric Simon, 7 déc. 2005

Paru le 1er septembre 2006

Éditeur : Le petit véhicule

Genre de la parution : CD

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.