Fable blanche d’André Louis Aliamet

Fable blanche d'André Louis Aliamet

"Ton regard flottant sur le vide,
s’évasant, cheminant
vers l’aube aux trois-quarts
rougie, vers la pointe obscure
de ce jour,

ces vues secrètes
de l’aurore, tu les inventes
quand elles s’éloignent, aussi pâles
qu’une vapeur gardant les traits
d’un visages rêvé."

Paru le 1er mars 2010

Éditeur : Souffles

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Eugenio de Andrade

« Le pays dont je te parle est le mien… »

Le pays dont je te parle est le mien,
je n’en ai pas d’autres où allumer le feu
et cueillir avec toi le pourpre des matins.

Matière solaire
Traduit du portugais par Maria Antónia Câmara Manuel,
Michel Chandeigne et Patrick Quillier
Éditions de la Différence