Etats provisoires du poème V

Adonis
Jean-Marie Barnaud
Yves Bonnefoy
Jean-Pascal Dubost
Sabine Macher
Thierry Renard

A l’occasion des Langagières, semaine autour de la langue et de ses usages, créée à la Comédie de Reims et reprise au Théâtre national populaire -Villeurbanne, commande est passée aux poètes invités d’un texte où chacun exprime les enjeux qu’il assigne à son travail.

Ainsi se constitue au fil des ans, non pas une improbable anthologie, masi une cartographie du paysage poétique contemporain, dans toute sa diversité.

Paru le 1er janvier 2000

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.