Esthétique de l’Oulipo

Auteur : Hervé Le Tellier

Esthétique de l'Oulipo

L’oulipien, pour écrire certaines de ses œuvres, s’impose des « contraintes ». Contraintes de forme, de sens, de langue, etc. Il n’est certes pas le premier à les pratiquer avec jubilation—la littérature fourmille de formes et de règles, parfois oubliées. Mais lui, s’attache à les recenser, à les ressusciter, à en créer de nouvelles. La démarche oulipienne enthousiasme certains lecteurs, en laisse d’autres perplexes : c’est qu’elle repose sur une complicité culturelle. Cet ouvrage de référence, conçu par un membre de l’Ouvroir, présente avec simplicité les contraintes de la littérature oulipienne.

Paru le 1er septembre 2006

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Autoportrait d’un autre

IL S’ÉTAIT TRESSÉ un masque de fougères qui, le matin même, était encore vert. À présent il était devenu sec et cassant, pauvre armure désormais incapable de le cacher. Les oiseaux plongeaient comme des poignards dans la succion des vagues. Il se rappelait l’accélération de la chute, l’écriture de l’eau autour de son corps. Ainsi était-il resté des heures étendu. Était-il vrai que l’île se fût formée de la sorte, il ne pouvait le dire. Il se rappelait seulement la lenteur après la chute, l’acquittement de la violence qui l’avait libéré, l’étreinte de la mer.

Cees Nooteboom, Autoportrait d’un autre, Traduit du néerlandais par Philippe Noble, Actes Sud, 1994.