Esperluète Editions

Contact

9 rue du Noville

5310

Noville-sur-Mehaigne Belgique

Les gestes du linge

1er septembre 2013

Les gestes du linge

Illustrations de Valérie Linder
"Tu me racontes
le ménage du linge
vêtements trop petits dans un carton
une heure de repassage
la cagoule usée qu’il faut remplacer
ces soins aux tissus
qui couvrent les peaux
des habitants d’une même maison"

La concordance du temps de Christine Van Acker et vero Vandegh

1er janvier 2013

La concordance du temps de Christine Van Acker et vero Vandegh

Quand le temps ne fait rien pour réunir deux personnes qui s’aiment, que deviennent-elles ? L’un est-il venu trop tôt ? L’autre est-elle arrivée trop tard ? Existe-t-il une magie qui permette d’aller à la rencontre de la jeunesse d’un vieillard en qui une jeune fille a reconnu l’amour ? Peut-on se jouer du temps ? Quels sont les sacrifices qu’exige un tel amour ?
Peut-on se l’autoriser (…)

Les bouloches

1er janvier 2013

Les bouloches

Illustration Pascaline Wollast
"Vous n’aurez pas Papa. Vous ne l’enfermerez pas dans vos cages à momies, sans herbes ni bouloches. Il n’a ni l’âme guerrière ni l’allure d’un fantôme. et s’il fugue, les nuits de pleine lune, c’est pour happer ce cri perdu depuis l’enfance. Celui que vous cherchez vous aussi en empoignant vos livres, vos cartes magnétiques, vos écrans fondateurs.
Jaloux. Vous voyez bien qu’il trouve, lui, son diamant. Cela vous peine ? (…)

L'orient des chemins de Serge Meurant et Jacques Vilet

1er mars 2012

L’orient des chemins de Serge Meurant et Jacques Vilet

poèmes de Serge Meurant et photographies de Jacques Vilet
"si familières
que l’invisible
les escamote :
les choses d’ici-bas"

Willie est Willie de Gertrude Stein

1er novembre 2011

Willie est Willie de Gertrude Stein

Dessins d’Anne Attali et de Marie Van Roey
Extrait de Le monde est rond de Gertrude Stein

C'est pas un jeu

1er mars 2008

C’est pas un jeu

Françoise Lison-Leroy et Jean-Claude Saudoyez.
"pierre à feu/ un peu de terre entre
les braises/ et cette nuit/ qui
faufile son rire"

sans début ni fin d'Anne Herbauts

1er janvier 2008

sans début ni fin d’Anne Herbauts

Ceci est un passeport
pour aller de nulle part
au lointain
sans autres papiers
que le bruit des pages
un bruit qui se déplie sans fin

De temps en temps d'Anne Herbauts

1er septembre 2006

De temps en temps d’Anne Herbauts

de temps en temps,
je me perdais à l’ombre des mots
et des images
Qu’est-ce qui se passe quand rien ne se passe ? Anne Herbauts regarde le temps et interroge son travail. Elle tente de cerner ce qui par nature ou par accident nous échappe. C’est ainsi que le minuscule remplit un jour entier, que les grandes choses écrasent le fil du temps, que des mots rencontrent des images, et que les images volent au secours des (…)

Commencer par le soir

1er janvier 2002

Commencer par le soir

Commencer par le soir
Et si l’on commençait par le soir ?
Depuis toujours, des femmes et des hommes
font un pas en arrière.
Dans la grande chorégraphie, ils osent tendre
un fil entre le monde et eux.
Depuis toujours, des poissons nagent à
contre-courant, des tracteurs roulent à
reculons, phares éteints.
Et le fleuve rêve de ruisseaux promeneurs.
Dans les maisons, des photos d’hier éclairent
l’avenir. Ce n’est pas vrai qu’elles (…)

Cendres

1er janvier 2002

Cendres

"Il neige.
Des flocons frôlent le monde.
Il neige
comme on plonge dans le noir."

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.