Ernest Pépin

Figure de proue de la créolité Ernest Pépin, marque la littérature caribéenne par sa façon moderne d’aborder cette identité issue de multiples cultures. Ernest Pépin commence par enseigner le français avant de mettre au service de la critique sa grande culture littéraire. Ce qui le conduira tout naturellement à présenter une émission sur France 3. Lorsqu’il n’est pas conférencier, Ernest Pépin devient poète. Sort de sa plume sa conception de la créolité qui pour lui, ne doit pas se replier sur elle-même. Au contraire, elle doit s’ouvrir et assumer les origines qui l’ont construite. Son premier recueil de poésie, ’ Au verso du silence’, est publié en 1984. Mais c’est six ans plus tard qu’il est reconnu grâce à ’L’homme au bâton’, roman tragi-comique dans lequel Ernest Pépin traite avec humour le folklore antillais. Il réitère son succès avec le recueil’Boucan des mots libres’ en 1991 qui lu fait obtenir le Prix de Las Casas America. Suivent Prix de Las Casas America. où il est question de la pluri-culture créole. En 1996, ’Le tango de la haine’, parle de jalousie féroce avec mordant. Le reste de son oeuvre, alternant poésie et prose créole avec ’ Cantique des tourterelles’’, ’Babil du songer’… En 2006, dans ’L’envers du décor’, il détruit le cliché de cette Guadeloupe de carte postale où rhum, insouciance et boubous masquent une réalité bien plus sombre.

Bibliographie

  • Jardin de nuit L’Harmattan 2008
  • Dits de la Roche GravéeMémoire d’Encrier/Montréal 2008
  • Africa-Solo. Ivry-sur-Seine : Éditions A3, 2001
  • Babil du songer. Kourou : Ibis Rouge, 1997
  • Salve et Salive. (éd. bilingue). La Habana : Casa de las Américas, 1991
  • Boucan de Mots Libres / Remolino de palabras libres (éd. bilingue). La Habana : Casa de las Américas, 1991
  • Au verso du silence. (préface de René Depestre) Paris : L’Harmattan, 1984