Eric Ferrari

Né en 1960. Outre l’écriture, pratique et la gravure sur bois.

Extrait

(Poème inédit)

Nous voici alors

S’émerveiller est force. Partager c’est rompre.

Ici, sur le corps, des traces de rouge baisers qui sont comme des
cernes.
Là, un plongeur hors de l’eau, attentif à ne pas tomber au sol.

Ni corde ni
Serpent.

Mais
l’éclat d’une
boucle de ceinture. Tu

trébuches, chuchotant
« aucune charrue ne s’arrête pour l’homme qui meurt ».

Les feuillages sont
houleux.

(Par endroits on croit saisir la trame, l’effiloché qui donne le pur
refus des sommets) chambre où l’humide prolifère dans les
phrases, et nos vêtements dont la pliure impeccable est faite
en souvenir des disparus.

Une
brève
éclaboussure.

Nous tenons debout face, parfois de sens contraire.

Bibliographie

  • Lectures sous l’arbre, Cheyne, Août 2004
  • Abris et déblais, éditions Cheyne, à paraître, rentrée 2003
  • Relever-Traverser, éditions Blockhaus, 1996
  • Criblure, éditions Blockhaus, 1993

    Textes parus dans les revues suivantes :
    L’authenticiste, Décharge, Le Grand Nord, Mai Hors Saison, Parterre Verbal, Place aux sens, Poésie 2001, Sapriphage, Spered Gouez, Travers…

    Recueils à tirages limités :

  • Figurer , avec la plasticienne Pascale Pasello. 10 exemplaire, 2001
  • Mesure(s), accompagnée d’une linogravure de l’auteur. 12 exemplaires, 2002