Épreuves chamaniques

Auteur : Francis Coffinet

Épreuves chamaniques

J’étrangle le feu à sa base

J’arrache une écaille au sommeil

Je rassemble le sel du rituel en petits tas réguliers —

Pourtant je viens vers toi

Sans langage et sans poids —

Je tranche la brûlure en son centre

Je dévie le méridien sur ton visage d’enfant.

L’écriture de Francis Coffinet relève de la tension : tension entre un vers délicat et ciselé, voire même aiguisé, et un bouillonnement d’existence toute charnelle, qui s’impose de l’intérieur ; tension entre une page aérée, où le silence paraît prendre ses aises, et le flux passionné qui affleure sans cesse dans les mots. De réussir à tenir ensemble ces mouvements en apparence contradictoires donne à cette poésie toute sa présence de pensée méditative, comme un grand calme dans le grain savoureux de la vie.

Paru le 1er septembre 2006

Éditeur : Alidades

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.