Editions isabelle sauvage

Au départ, deux éditeurs, deux personnalités : Isabelle Sauvage et Alain Rebours, pour s’aider, se contredire, se compléter et s’enrichir… quatre petites mains pour le reste.

Mais, jamais deux sans trois ? Au 1er mars, Sarah Clément nous a rejoints, et comme deux plus un(e) égale trois, et que deux + deux + deux font six… petites mains… Donc :
Isabelle Sauvage : maîtrise d’histoire de l’art (médiévale), puis éditrice/relectrice en free-lance pour de nombreuses maisons d’édition (principalement de livres d’art ou catalogues d’expos, notamment pour le Jeu de Paume)… la typographie au plomb mobile apprise sur le tas dans un atelier de typographe-imprimeur (René Jeanne), puis un autre (Michael Caine), et c’est le premier livre d’artiste(s), puis l’achat de matériel typo, et la joie de retrouver et l’art et les mots, et la tête dans les doigts.
Alain Rebours : un CAP de typographe tôt, très tôt, graphiste au fur et à mesure des années… métier qu’il transmet un temps à l’école Estienne… Tardivement, un DEA de Lettres sur René Char, puis chargé de cours à l’université Paris VII… aujourd’hui éditeur et psychanalyste.
Sarah Clément : longtemps assistante d’édition au Jeu de Paume, éditrice/relectrice en free-lance pour de nombreuses maisons d’édition (livres d’art ou catalogues d’expos)… A fondé la librairie Interlignes à Limours (Essonne) qu’elle a tenue pendant 11 ans avant de s’installer en Bretagne, où commence sa nouvelle vie.

Contact

Coat Malguen

29410

Plounéour-Ménez

Des disparitions avec vent et lampe

1er avril 2019

Des disparitions avec vent et lampe

Des disparitions avec vent et lampe se compose de trois parties nées d’un même lieu : une chambre, « chambre vide et réelle », mais aussi « lieu des drames » et « chambre de morte », à partir de laquelle va advenir la langue… De la mort ou du drame, rien ne sera réellement dit, que ces disparitions et apparitions d’images dans et hors de la chambre. À l’intérieur, sont l’amour, le corps morcelé, la peau, les mots, la folie… et la lampe, figure centrale, « présence corporelle », « lampe drame de la chambre ». (…)

<i>Éparpillements</i>

1er juin 2017

Éparpillements

c’est la maison
c’est le dedans
c’est l’enclos à quitter
c’est le vide à remplir
je chercherais et je ne pourrais rentrer -
c’est dans la tête des maisons assemblées
désassemblées que l’on emmène par les murs
la table que l’on emporte la chaise de cuisine
qui boite et qui ne boite plus
sur un autre sol
c’est la maison qui s’en va par petots morceaux
s’effrite parce qu’il n’y a personne (…)

Le Livre des morts de Muriel Rukeyser

1er mars 2017

Le Livre des morts de Muriel Rukeyser

Édition enrichie d’un cahier de 11 photographies Accompagné de « Cadavres, sous-produits des dividendes » de Vladimir Pozner
L’événement qui déclencha l’écriture du Livre des morts est un scandale industriel survenu à Gauley Bridge, en Virginie-Occidentale, au début des années 1930 : sous la responsabilité de la Union Carbide and Carbon Corporation, un tunnel fut creusé pour dévier une partie des eaux de la New River et alimenter une centrale hydroélectrique ; la roche se révéla d’une très forte teneur en (…)

Notre voix

1er mars 2017

Notre voix

Titre original : Nossa voz
Traduit par Elisabeth Monteiro Rodrigues
Collection « corp/us »
Coffret 16 x 16 cm comprenant 1 poème-affiche format 48 x 64 cm, 1 CD de lectures & création sonore bilingue, 1 livret bilingue de 8 pages, impression offset en tons directs
Graphisme affiche : Florence Boudet
Création sonore et arrangements : Samuel Lietmann
Voix : Ana Lúcia Marques da Cruz, Elisabeth Monteiro Rodrigues, Samuel Lietmann, Sandra Tamele
Présentation du coffret
"Lors de mon dernier (…)

Sommes nous de Sofia Queiros

1er février 2017

Sommes nous de Sofia Queiros

Comme toujours chez Sofia Queiros, Sommes-nous est emprunt d’une grande humanité, d’une grande tendresse. Sa prose poétique, très rythmée, est en apparence simple mais, légèrement bousculée, avec des mots accolés inattendus, déroutants, jouant sur l’ambiguïté, elle nous emmène où nous n’avions pas prévu d’aller… Mais toujours dans nos vies, nos batailles à vivre.

L'enclos du vent

1er février 2017

L’enclos du vent

L’enclos du vent : ici se dessine un territoire, clos très paradoxalement – peut-on circonscrire le vent ? N’est-ce pas plutôt le livre en soi, cet espace ?, où va-et-vient entre l’image et le mot, recherche de l’image sous la paupière comme du mot sous la langue jouent « le même affût pour l’intime », « un étrange abandon // le frêle de quelque chose / inattendu ».
Les poèmes sont organisés en quatre parties, ou plutôt quatre temps, ponctués par des séries de photographies distinctes. D’abord la forêt, des (…)

Otok

1er février 2017

Otok

Otok pourrait se résumer comme étant le « journal de résidence » de Lou Raoul à Split, en Croatie, en novembre-décembre 2013. Drôle de journal cependant, donné, déjà, comme celui d’une narratrice du nom de Kim, une elle et non un je, ensuite si peu chronologique, avec allers et retours incessants sur une série de dates, les mêmes. Mais ce qui frappe surtout est l’emploi du conditionnel, qui gagne chaque observation, chaque notation, y compris la stricte réalité des lieux (« et au nord-ouest du mont Dinara (…)

La nuit t'a suivi de Yannick Torlini

1er décembre 2016

La nuit t’a suivi de Yannick Torlini

La nuit t’a suivi est un livre assez abrupt au premier abord, comme tous les livres de Yannick Torlini. Mais ce flux de paroles très vite happe le lecteur, l’entraîne dans son chant comme hypnotique. Litanie ? mais le terme est trop empreint de son sens liturgique, ou trop souvent employé de manière péjorative. Mélopée, peut-être. Tant est fort le caractère rythmique et mélodique de ce texte. Mais le qualifier ainsi gomme un peu sa violence, qui ne laisse pas souffler – on peut penser à une transe, et (…)

Inventaire, un souffle de Julien Simon

1er décembre 2016

Inventaire, un souffle de Julien Simon

Les poèmes qui composent "Inventaire, un souffle" sont des fragments dans l’ensemble du travail effectué par Julien Simon autour de l’histoire tragique d’une famille juive en Bretagne, les Perper (Ihil et Sonia, leurs trois enfants Rosine, Odette et Paul), originaires de Roumanie, établis à partir de 1935 à Brasparts et à Plounéour-Ménez, où ils sont arrêtés par les gendarmes français en 1942, puis assassinés dès leur arrivée au camp de Sobibor en 1943. La pièce radiophonique comme le film donnent le (…)

Honneur aux serrures de Anne Calas

1er décembre 2016

Honneur aux serrures de Anne Calas

Un titre qui claque, interroge – et dérange, peut-être. Vif et insolite, pour ouvrir le livre qu’il porte. Honneur aux serrures se décline en trois parties et huit « mouvements » – pour reprendre le terme utilisé par l’auteure à propos de la pièce sonore en cours, composée par Alain Lafuente sur le texte qu’elle dit, offerte en parallèle sur son site (seuls les cinq premiers mouvements sont disponibles à ce jour).
C’est dire comme l’écriture d’Anne Calas est rythme, sons, avant tout. Ou « sautes de (…)

Poème
de l’instant

Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé

Je suis d’un naturel à qui la résistance
R’enforce le désir, l’espoir et la constance.

Théophile de Viau, Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé, 1623.