ÉLÉGIE D’AUTOMNE

Nimrod

Le soleil revient, chaud, presque cru. Nous tenons
Les gages de notre survie, reflets blonds des dieux
Squares d’énigmes sur des parterres dorés
Sur les routes, les maisons, les lacs, les cheveux
Des très-belles… Tout nous distrait ici du chagrin
De l’ami trop tôt disparu. Clarté du ciel
Qui accuse ma solitude, attise mon angoisse.
Quel rendez-vous avec des beautés qui songent ?
Je bois l’eau claire de la fontaine, surpris
Par mon geste. La certitude que j’étreins
Est celle de mourir sans peine.

NIMROD

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.