Du vent de Laurent Fourcaut

Du vent de Laurent Fourcaut

Du vent de Laurent Fourcaut est un "poème cinématographique".
Un scénario de film, écrit en vers, en prise sur le monde actuel.
L’alexandrin, utilisé ici, agit comme un antidote à la société capitaliste et représente une alternative à laquelle les personnages de ce livre ne cessent de se référer pour mieux la construire : le face-à-face, et le corps à corps, avec le monde, le vrai monde.
Une poésie baroque, empreinte de fantaisie, de dérision et de grotesque, faite d’allusions et de clins d’œil à Rabelais, Racine, Hugo, Baudelaire, Apollinaire, Prévert…

Quatrième de couverture :
Un homme, Basile, en Cotentin.
En vacances.
Il y fait l’épreuve de la fin d’un monde - fin du monde
Il n’y a pas d’histoire - le temps des histoires est révolu.
précisément parce qu’il n’y a plus rien à inventer, plus
d’avenir à écrire.
Juste une vie au jour le jour
les dialogues, sauf exceptions, sont en vers : en beaux
alexandrins.

Il n’y a pas de fin, parce que c’est tricher avec le désir,
qui est sans fin.

Rencontre et lecture avec Laurent Fourcaut, le mardi 17 janvier 2017 à 19h30, à la librairie Le Rideau Rouge, 42 rue de Torcy, Paris 18e (métro Marx Dormoy).

Paru le 1er janvier 2017

Éditeur : La Passe du Vent

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.