Du monde entier au cœur du monde. Poésies complètes de Blaise Cendrars

Du monde entier au cœur du monde. Poésies complètes de Blaise Cendrars

Nouvelle édition en un volume de Claude Leroy. Préface de Paul Morand.

Comme l’indique Claude Leroy, avec une réjouissante exactitude, dans son introduction aux poésies complètes : « Poète, Cendrars n’aimait pas le genre poète. » Car il était de ceux qui vivent la poésie avant de l’écrire, de ceux qui ne se contentent pas d’un destin sur le papier. « Cendrars, précise Claude Leroy, a voulu être celui par qui la modernité arrive — comme un scandale permanent. C’est le profond aujourd’hui qu’il s’attache à célébrer dans son jaillissement, sa profusion, ses rebonds et ses surprises. Les merveilles du monde moderne ne sont plus au nombre de sept pour celui qui en connaît 700 ou 800 autres qui naissent et meurent chaque jour. Alors que tout change autour de lui, comment le poète — conscience de son temps — ne se tiendrait-il pas aux antipodes de l’unité ? Ne pas se ressembler aura été pour Cendrars une règle de vie autant qu’un impératif d’écriture. Étonnant paradoxe : si le ton Cendrars est reconnaissable entre tous, il n’existe pas pour autant de poème à la Cendrars. Entre le petit nombre de poèmes qu’il a signés et leur extrême diversité, le contraste touche au plus grand écart. Dès qu’une forme risque de tourner à la formule, par volonté ou par contrainte, le poète rompt avec soi-même. » Et Cendrars d’affirmer : « Toute vie n’est qu’un poème, un mouvement. Je ne suis qu’un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant. »

Ce volume est destiné à remplacer les deux tomes parus dans Poésie/Gallimard en 1967 (Du monde entier) et 1968 (Au cœur du monde). Il reproduit la dernière édition revue par l’auteur (1957) en y ajoutant un certain nombre de poèmes retrouvés. L’établissement du texte bénéficie des acquis des Poésies complètes rééditées par Claude Leroy chez Denoël en 2001.

Paru le 1er mars 2006

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Coplas

Ce que tu nommes l’avenir
est un futur antérieur où
jamais nous ne pourrons aller.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.