Drölling, Intérieur de cuisine

Auteur : Françoise Lison-Leroy

Drölling, Intérieur de cuisine

Une lecture de Françoise Lison-Leroy
d’après l’œuvre de Martin Drölling
- collection Ekphrasis -

C’est à travers le regard et la vie de la jeune servante, point de lumière du tableau de Martin Drölling, Intérieur de cuisine, que conserve le musée Benoît de Puydt à Bailleul, que Françoise Lison-Leroy, lauréate de plusieurs prix prestigieux de poésie, esquisse la vie romanesque d’une cellule familiale du début du XIXe siècle. À l’image de cette peinture aux couleurs et aux lignes savamment ordonnées, où points de vue des personnages-spectateurs et objets quotidiens entraînent celui qui la regarde par-delà l’instantané d’un intérieur bourgeois, Françoise Lison-leroy saisit la promesse d’un siècle romantique et prête à cette histoire des accents balzaciens où se mêlent chronique sociale, réalisme et sentiments.

Paru le 1er décembre 2010

Éditeur : Editions invenit

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

L’homme désert

Il n’y a pas d’aigle sans désirs.
Il n’y a pas d’aveugle sans regard.
Il n’y a pas de Bonheur.

Mais il n’y jamais ce chant tournoyant et délivrant, cette Parole de toujours, cette terrasse de splendeur portée entre les bras du jour, il n’y a pas ce chant et cette bouche qui chante, et ce corps qui chante cette bouche, et ce désir qui chante ce corps qui l’emporte à sourire, s’il n’y a pas Celle même qui attend encore, au milieu des palmes et des pluies, d’être déliée de son ombre.

André Delons, L’homme désert, Éditions Rougerie, 1986.