Dominique Grandmont

Né en 1941 à Montauban. Ses premiers poèmes sont publiés par Aragon en 1964. Il est traducteur de poésie tchèque ( Vladimir Holan, Jaroslav Seifert ) et grecque ( Yannis Ritsos, Constantin Cavafis ). Il a fait du journalisme et de la radio, et anime des rencontres de poésie avec la jeunesse de banlieue.

Extrait

L’ENVERS D’ECRIRE

Déchiré, le papier forme encore des lettres.
.
Quelque chose à la place de tout.
.
Crispé sur ses rides : elles l’accrochent au sol.
.
Ralentir augmente.
.
Tu te substitues à toi-même.
.
Aube sur les terrasses, au-dessus de toutes les guerres.
.
S’embrassent comme s’ils mettaient une lettre à la poste.
.
Personne ne gagne, surtout pas le vainqueur.
.
Tout va bien dès que ton ombre te précède.
.
Livre ouvert de tes yeux.
.
Seul un désert peut refléter ce miroir brisé des étoiles.
.
L’eau comme une page aussitôt froissée qu’écrite.
.
Quand ses paupières se lèvent, qui le dormeur va-t-il voir à ta place ?
.
Même si tu regardais par terre, ils viendraient tous à ta rencontre.
.
Sinon, le cerveau n’en fait qu’à sa tête.
.
A cet instant, l’autre était soi.
.
Egouts fumants sur vitre noire pour madone endormie.
.
A force de se taire, on va croire qu’elle ne dit rien.
.
Tu traces le chemin que tu as perdu.
.
L’écho libère le son.

Extrait de L’envers d’écrire, éd. Apogée, 2000
.

Bibliographie

Poésie

  • L’air est cette foule, Poésie, Dumerchez, 1996.
  • Histoires impossibles, Poésie, Dumerchez, 1994.
  • Cent vingt journées moins une, Poésie, Solin, 1989.
  • Chant III sur la terrasse des morts, Poésie, L’Échoppe, 1987.
  • Immeubles, Poésie, Seghers, 1979.

    Essais

  • L’Envers d’écrire, Études, Apogée, 2001.
  • Le Visage des mots, Essai, Dumerchez, 1997.
  • Le Voyage de traduire, Essai, Dumerchez, 1997.
  • Pseudonymes, Essai, Flammarion, 1979.