Denis Emorine

Denis Emorine est né en 1956 près de Paris. Il a fait des études de Lettres modernes à la Sorbonne (Paris IV).

Il a avec l’anglais une relation affective parce que sa mère enseignait cette langue. Il est d’une lointaine ascendance russe du côté paternel. Ses thèmes de prédilection sont la recherche de l’identité, le thème du double et la fuite du temps. Il est fasciné par l’Europe de l’Est. Poète, essayiste, nouvelliste et dramaturge, Emorine est traduit en une douzaine de langues. Son théâtre a été joué en France, en Grèce, au Canada (Québec) et en Russie. Plusieurs de ses livres sont traduits et édités en Grèce, en Hongrie, en Roumanie, en Afrique du Sud, en Inde et aux Etats-Unis. Il collabore régulièrement à la revue de littérature "Les Cahiers du Sens". Il dirige trois collections de poésie aux Editions du Cygne. En 2004, Emorine a reçu le premier prix de poésie (français) au Concours International Féile Filiochta. L’Académie du Var lui a décerné le « prix de poésie 2009 » pour Lettres à Saïda.

Bouria, des mots dans la tourmente (poèmes) a obtenu le premier prix au concours international Antonio Filoteo Omodei 2015

http://www.ilconvivio.org/concorsi/detail.php?id=548

En 2015, Denis Emorine a reçu le « Prix d’honneur pour œuvres complètes » de la fondation Naji Naaman (Liban).

Extrait

Elle me prendra dans ses bras
Lorsqu’il sera trop tard
Et que ma tête sera vide
De tous les mots empruntés
Je ne parviendrai jamais à
Oublier le sang et la douleur
Qui ruissellent le jour durant
Je n’ai pas su apaiser le deuil
Qui souffle sur ma vie
Je voudrais parfois
M’enfuir dans une ville étrangère
Où l’exil serait tellement lourd à porter
Et mes pensées rapiécées
Les habitants que je ne comprendrais pas
Me repousseraient à coups de pierre
Vers la mer
Mon pas est lourd
Mes gestes tremblants
Je ne sais toujours pas
Vivre les yeux ouverts
Ni m’endormir et rêver
Les yeux fermés
Mais j’aimerais par-dessus tout
Vibrer au chant d’une femme
Qui s’élèverait vers moi
Dans la fertilité de l’abîme

Bibliographie

Poésie

  • Fertilité de l’abîme, Éditions Unicité, 2017.
  • Psaumes du mensonge, Psalmii minciunii, édition bilingue français/roumain Ars Longa, 2016.
  • Bouria, des mots dans la tourmente, Éditions du Cygne, 2014.
    Traduit et publié en grec (Vakxikon, 2015)
  • Les yeux de l’horizon, Éditions du Cygne, 2012.
  • De toute éternité, Éditions Le Nouvel Athanor, 2012.
    Traduit et publié en roumain, Ars Longa,2015.
    Traduit et publié en grec (Vakxikon,2016)
  • Vaciller la vie, Éditions du Cygne, 2010.
  • Ces mots qui font saigner le temps, Éditions du Cygne, 2009.
    Traduit et publié en anglais, Oliver James Press, USA, 2012.
  • Lettres à Saïda, Éditions du Cygne, 2008.
    Traduit et publié en anglais, Cervena Barva Press, USA ,2011.
    Traduit et publié en roumain, Ars Longa, 2012.
  • Dans le temps divisé, Éditions Le Nouvel Athanor, 2008.
  • Rivages contigus (avec Isabelle Poncet-Rimaud), Editinter, 2002.
  • Ellipses, Amis de Hors-Jeu éditions, 1999.
  • Par intermittence, La Bartavelle éditeur, 1997.
  • Sillage du miroir, La Bartavelle éditeur, 1994.
  • Etranglement d’ajour, Éditions Solidaritude, 1984.
  • Ephémérides, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1982.

Participation aux anthologies

  • A la dérive, poèmes et témoignages sur l’exil et les naufragés du monde, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2015.
  • World Poetry Year Book 2014, The Earth Culture Press CHINA,2015.
  • Ouvrir le XXIème siècle, 80 poètes québécois et français, Moebius/Cahiers du Sens, 2013.
  • L’Athanor des poètes, anthologie 1991-2011, Éditions Le Nouvel Athanor, 2011.
  • Poètes pour Haïti, Éditions L’Harmattan, 2011.
  • Visages de poésie, tome 3, Rafael de Surtis éditeur, 2010.
  • Mille poètes - Mille poèmes brefs L’Arbre à paroles 1997.
  • L’année poétique 2009, Seghers
  • Livre d’or pour la paix, anthologie de la littérature pacifique, Éditions Joseph Ouaknine, 2008.