Décharge

Contact

4, rue de la Boucherie.

89240

Egleny

Décharge n°155

1er septembre 2012

Décharge n°155

François de Cornière
Ludovic Degroote
Patrice Maltaverne
Ivan Wernish
Catherine Mafaraud-Leray

Décharge n°154

1er juin 2012

Décharge n°154

Isabella Antweiler
François Migeot
Laura Fusco
Marilyse Leroux
Michel Merlen

Décharge 153

1er mars 2012

Décharge 153

Gilles PAJOT, Anna JOUY, Hervé MERLOT, Suzanna MIKESH & Laurent TENITRI (Illustrations)

Décharge 152

1er janvier 2012

Décharge 152

Avec François de Cornière , Tomas Tranströmer, Erich Von Neff, Sabrina Lorenz, Michel Valprémy.

Décharge 151

1er janvier 2012

Décharge 151

Avec Marie Huot, Dominique Sorrente, Jean-Christophe Bellevaux, Utz Rachowski.

Décharge Hors série

1er octobre 2011

Décharge Hors série

Pour fêter les 30 ans de la revue et le passage du n°150
Revue autour de Sabine Weiss

Décharge n°150

1er juin 2011

Décharge n°150

Valérie Rouzeau
Recueil inédit d’Yves Martin

Décharge n°148

1er novembre 2010

Décharge n°148

Sylvie Durbec
Isabel Pérez Montalban
4 poètes belges : Kathleen Lor, Véronique Daine, Vincent Tholomé, Antoine Wauters.
Laurent Grisel
Thomas Vinau

Décharge n°147

1er octobre 2010

Décharge n°147

Au sommaire :
Jean-Pascal DUBOST
Michel MERLEN
4 poètes tunisiens : Mohamed BEN OUIRANE, Moez MAGED, Maha BEN ABDELADHIM, Aymen HACEN
et Yann MIRALLES
et plein de choses comme d’habitude, comme les Ruminations de Claude Vercey sur Manouchian, poète -partisan.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.