Dans la barque amarrée

Dans la barque amarrée

"Houlà !

La littérature commence là
où l’on n’appelle pas un chat un chat
Sortie de route ou de routine
c’est là que ça commence
quand la roue tourne à l’ange
elle traîne des casseroles
irrécupérables des culs irréparables
n’empêche que si tu descends
de ta langue maternelle
tu n’embrasses pas
ton grand-père en descendant
ton petit-fils non plus
tu caresses un rêve
une petite fille rencontrée en chemin
la littérature est pédophile si ça se trouve
un tigre peut aimer un ange
anorexique ou poète c’est fou ce que
la faim de l’âme est féroce parfois
mais on peut aimer l’esprit vif
autant que la chair fraîche
qui veut avoir de la gueule
touche le fond tu verras
tout ce qui est en bas est bon à dire
même si ça ne porte pas jupon
à bon sous entendeur ça se lit
même si ça tache un maximum
de blanche vierge au passage
je parle de la page évidemment
la littérature commence là
où tu mets tes sales pattes
de méchant loup là où
je ne veux pas dire ça du tout
à bon lecteur salut."

Paru le 1er décembre 2014

Éditeur : Le Citron Gare

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Coplas

Il n’y a de chemins au ciel,
il n’y a de chemins en mer,
il n’y a de chemins sur terre
que pour seulement cheminer.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.