D’Ararat de Noée Maire

D'Ararat de Noée Maire

« Sous le ciel de tant de mémoire un parfum de broussaille ton visage soulève mes mains tu touches le doux ventre fragile
Je repousse le vide d’un sourire. »
Le recueil : Une voix nouvelle, profonde et grave. Bien que Noée Maire nous dise que « rien ne peut rendre ce que le manque a vidé », le tragique du langage arrive ici à parler de l’indicible. Mais l’auteure retrouve une présence – sa présence – dans le mouvement du monde, le chant d’une rivière, le souffle du vent, un chemin de lumière – toutes ces choses de la vie, physiques, sensuelles, qui atténuent l’innommable. L’auteur : Noée Marie vit dans la vallée de l’Hérault. Elle a publié des poèmes dans les revues Décharge, Le journal des poètes, Souffles, Recours au poème, ainsi que dans des ouvrages collectifs de La Voix du poème : Voir feuille jointe et Bord de l’autre.

Paru le 1er septembre 2016

Éditeur : La tête à l’envers

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.