Cruel bonheur

Auteur : Hugo Claus

Cruel bonheur

Lire Cruel bonheur, c’est accepter de se brûler au feu d’une écriture possédant une étonnante intensité picturale et musicale, capable d’adopter tous les registres, du plus précieux au plus brutal. Une écriture toujours concrète et sensuelle, forte et virile.
Tout bonheur, dit Hugo Claus, peut être cruel. C’est pourquoi il oppose à notre monde, qu’il ressent comme foncièrement défectueux mais dans lequel il vit avec passion, tantôt le cri d’un âpre refus, tantôt les armes de l’humour et de la dérision.

J’avais dix-neuf ans, je jouais aux cartes
Avec les pêcheurs qui rentraient d’Islande.
Ils venaient du Grand Froid,
Les oreilles et les cils pleins de sel, et Mordaient dans des quartiers
De porc cru.
Ah, le cliquetis des dés. En ce temps
De vogelpik et de poker, j’étais toujours gagnant.

128 p. - 14 x 21,5 - Édition bilingue - 14 € - Collection « Escales du Nord » - ISBN 2-85920-517-9

Paru le 1er mars 2003

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Les cent mille chants

Ceci est une fable, un divertissement
Où vous êtes pareils au bleu profond,
Et puissent les nuages ne pas vous obscurcir.
Moi la lune, moi le soleil
Si je ne deviens pas le captif des planètes
Nous nous rencontrerons encore et encore.

Milarépa, 1040-1123, Les cent mille chants , Traduit du tibétain par Marie-José Lamothe, Fayard, 1992.