Coplas

Ce que tu nommes l’avenir
est un futur antérieur où
jamais nous ne pourrons aller.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.

Poème
de l’instant

« Fabulation »

« Cela » : question qui nous échoit, question que rien n’épuise.

Sylvie Germain, « Fabulation », Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.