Contre un Boileau

Auteur : Philippe Beck

Contre un Boileau

« Jamais la théorie ne fera pratiquer. » « Il y a une idée dans ce qui est fait. » Contre un Boileau refait en prose l’art poétique enveloppé dans des poèmes. C’est une théorie intérieure et exposée, « sentimentale », qui voit des possibles modernes, raccorde au battement de l’époque pour compromettre l’ordre des choses.

Répondant à une « commande philosophique », j’essaie de reconstituer le procès du poème et d’articuler des notions induites avec le temps. À défaut de préceptes purs, l’élaboration de la pensée dans le vers se dramatise en idées phrasées auprès du poème. L’art poétique est un manuel où des noms sont des gestes futurs (Horace, un Boileau, La Fontaine, Kleist, Verlaine, un Ponge…) ; les citations suivies, commentées-critiquées, analysées, produisent des intervalles utiles à l’horizon du vers. Il faut dire pourquoi le vers libre a des droits au discours plutôt que le devoir de ne pas être un vers. Son utopie intéresse chacun. Ce qui vient n’a pas eu lieu.

Un jansénisme expérimental suggère des interventions dans la langue parlée. La poésie, non disciplinaire, avoisine les proses circulantes, qu’elle anime et déplace. Boileau est ici le prête-nom d’un mariage de Forme et d’Intellect, qui soumet la Forme à l’Intention au nom d’une « langue révérée » : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement/ Et les mots pour le dire arrivent aisément. » La danse du poème serait esclave de la marche de l’idée avant l’expression. Mais l’oreille dit Non, et la gorge avec elle. Et le poème peut marcher : l’intention est dehors.

Poète, maître de conférences en philosophie à l’Université de Nantes, Philippe Beck est né à Strasbourg (Bas-Rhin) en 1963. Son œuvre poétique a fait l’objet d’un colloque international à Cerisy-la-Salle en 2013 (Un chant objectif aujourd’hui, Corti, Paris, 2014). Dernier livre paru : Opéradiques (Flammarion, Paris, 2014).

Paru le 1er février 2015

Éditeur : Fayard

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Lettres à Sophie Volland

10 juillet 1759,

J’écris sans voir. Je suis venu ; je voulais vous baiser la main et m’en retourner. Je m’en retournerai sans cette récompense ; mais ne serai-je pas assez récompensé si je vous ai montré combien je vous aime ? Il est neuf heures, je vous écris que je vous aime. Je veux du moins vous l’écrire ; mais je ne sais si la plume se prête à mon désir. Ne viendrez-vous point pour que je vous le dise et que je m’enfuie ?

Adieu, ma Sophie, bonsoir ; votre cœur ne vous dit donc pas que je suis ici ? Voilà la première fois que j’écris dans les ténèbres : cette situation devrait m’inspirer des choses bien tendres. Je n’en éprouve qu’une : je ne saurais sortir d’ici. L’espoir de vous voir un moment m’y retient, et j’y continue de vous parler, sans savoir si j’y forme des caractères. Partout où il n’y aura rien, lisez que je vous aime.

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland.