Contre-jour

Auteur : Corinne Hoex

Contre-jour

Contre Jour est un livre bref, d’une économie d’autant plus étonnante que son auteure parvient à condenser en quelques mots tout un univers de sensations qui sont dans un premier temps construites autour de couleurs et de formes et où les lieux minimalement évoqués sont présents à la manière d’une énigme. C’est alors sur un tout autre plan que se découvre la profondeur de cette écriture poétique d’une grande sobriété. Ce sont les effets d’étrangeté que porte cette écriture, c’est le sentiment de vertige qu’elle produit chez le lecteur qui retient immédiatement l’attention. Comme s’il s’agissait de lever un secret auquel nous ne pourrons pas accéder, mais qui se présente sous les aspects d’une obsession poursuivie avec obstination. Et c’est tout autant l’évocation du processus de la création picturale qui agit comme un palimpseste, à travers les rythmes de la voix. Et c’est une interrogation plus large sur le destin de l’être qui se découvre à travers les gestes et les rêves approchés, une manière d’aller à l’essentiel de la condition humaine sans aucun pathos, mais avec une densité et une justesse qui entame le réel, ce à quoi nous sommes toujours confrontés.

Paru le 1er février 2009

Éditeur : Le Cormier

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.