Confiance, dit le poème

Pierre Dhainaut

Il vient de l’urgence, c’est toujours la nuit
tant que l’on ajoute à la mort
des supplices, des massacres,

il n’oublie rien, ni les cris ni les plaintes
ni le silence qui étouffe,
en écoutant ici, en lui plus loin que lui,

il élargit le poing jusqu’à la paume,
il n’a pas froid contre les murs,
pour les traverser il leur parle,

avec un peu d’air sous les portes
il a ce regard d’un enfant
face aux vents du rivage,

l’essor de l’arbre et l’envol des oiseaux
ensemble, il fend les pierres,
jamais il ne meurtrit l’espace :

confiance, dit le poème, dans chaque poème,
dans le matin libre, le souffle imprévoyant,
il a besoin seulement de nos lèvres.

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.