Conférence

Contact

1 route nationale

77440

Trocy-en-Multien

La Pipe qui prie & fume (réédition) de Maurice Chappaz

1er septembre 2016

La Pipe qui prie & fume (réédition) de Maurice Chappaz

À l’occasion du centenaire de la naissance de Maurice Chappaz (1916-2009), voici la réédition du dernier texte publié de son vivant, merveilleux et souriant testament qui est aussi une ode
au monde et au bonheur d’avoir vécu.
Le bonheur passe comme un coup de faux.
Entre pluie ou bruine je m’attends moi-même. Tout balance entre minuscules ondées, sautes de vent, frémissement des trembles, minutes de froid
et petites gifles de soleil.
Je mordille dans l’au-delà.
Il faut accepter un absolu où l’on (…)

La quête continue, Pierre-Alain Tâche

1er février 2016

La quête continue, Pierre-Alain Tâche

Regard tout ensemble amusé et généreux, dans cette suite de poèmes en prose entièrement redevable aux " escapades " françaises de l’auteur ; ces petits poèmes vont parfois jusqu’à la limite d’infimes nouvelles : tout un paysage (lieux et réflexion, choses et âme) est traversé par l’idée qu’une vie soit aussi, sans orientation connue d’avance, un récit ou une succession de récits dont le personnage principal est l’être au monde. C’est ainsi - le titre nous en prévient dans son équivocité amusée - que " la quête (…)

Le papier, le livre de Maurice Chappaz

1er octobre 2014

Le papier, le livre de Maurice Chappaz

Un texte inédit de Maurice Chappaz, méditation amoureuse sur le papier, suivi d’un commentaire de Christophe Carraud : qu’est-ce, aujourd’hui, qu’un livre ?
L’ouvrage comporte un bois gravé de Gérard de Palézieux, un vernis mou de Pierre-Yves Gabioud tiré sur Japon, ainsi que 5 linogravures en couleur de Pascale Hémery, tirées sur Arches de différents grammages.
Impression typographique au plomb par Pascal Duriez, dans son atelier des Montquartiers à (…)

Conférence n°34

1er juin 2012

Conférence n°34

CONFÉRENCE, Nº 34, printemps 2012
> Au sommaire de ce numéro (extraits) :
Liminaire. Mésaventures de la mesure.
Cahier.
De nuit, vers la Méditerranée. Jean-Michel Baillat.
Les carabiniers, et autres poèmes. Michèle Sultana.
Essais et documents.
Hic Rhodus, hic salta : Kelsen dans le « moelleux » de la traduction. Pierre-Emmanuel Dauzat.
Estampes. Pascale Hémery. Précédé de Gravité de la gravure, par Michael Edwards.
Mesure et démesure (le droit, les livres, le numérique).
Le droit à la mesure de (…)

Mantra Box

1er avril 2011

Mantra Box

Avec ce livre, nous ne sommes pas éloignés du théâtre de Michaux, dont Franck André Jamme fut proche, ni d’une certaine épure beckettienne, épure atténuée cependant par une sorte de halo onirique et l’étonnement, tour à tour effrayé et respectueux, devant l’énigme qu’est la vie.
Les lecteurs de Franck André Jamme sont habitués à ces poèmes où passent les voix d’hommes et de femmes, sans que ces derniers soien nommés ni même précisés. On retrouve cette caractéristique dans ce dernier ouvrage, construit autour du (…)

Conférence n°26

1er avril 2008

Conférence n°26

CONFÉRENCE, N° 26, printemps 2008
L’usage du temps, II. Gérard Bonnet, Aldo Naouri, Paul− Laurent Assoun, Julien Varia…
Cahier. Maurice Chappaz, Rosalie Colie, Alda Merini, Jérôme Peignot, Pascal Riou, Pierre− Alain Tâche, Pierre Chappuis…
Traductions. Maria Zambrano, Jean de Salisbury, Thornstein Veblen, Eric Voegelin.
Inédits. Etienne Gilson, Monique Saint− Hélier.

Conférence n°25

1er octobre 2007

Conférence n°25

Un volume de 704 pages. 48 illustrations couleur et noir et blanc.
L’usage du temps (I).
Le déroulement de la journée. Le temps sans qualités. Christophe Carraud Jours afghans. Julien Varia Une journée à soi. Michael Sheringham Entre ciel et sable. François Debluë Montagnes. Dessins d’Hélène Garache. Yves Bonnefoy Hélène Garache , Chamonix. Vingt-six dessins. Montagnes d’Hélène, d’Edmond, d’Eugène… Christophe Carraud Une ascension au Mont Blanc. Traduction Christophe Carraud Edmund T. Coleman Altitudes. (…)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.