Comme une promesse abandonnée

Auteur : Mireille Fargier-Caruso

Comme une promesse abandonnée

Le regard incrédule d’un enfant. Une photo sur le journal. La pauvreté au coin d’une rue. La fatigue des seins de femmes. Un étranger qu’on ne peut accueillir. Ce retour à la haine et à la peur de l’autre… À lire les poèmes de Mireille Fargier Caruso, on est soudain pris par une interrogation sur le sens de nos vies. Que sont devenues les promesses d’un monde meilleur, forgées à l’âge où nous pensions trouver la plage sous les pavés ? Qu’avons-nous fait du monde qui nous a été donné ? Quel héritage laisserons-nous aux générations à venir ? Dans un tremblement permanent du sens, et quelquefois des sens, Comme une promesse abandonnée questionne « cet essai fêlé de vivre » qui nous habite. Et nous rappelle, comme le disait Guillevic, qu’on « ne possède rien, jamais, qu’un peu de temps. »

le cœur cogne aux lèvres
poing dressé

de la colère
une pierre lancée contre un mur

vomir toute la souffrance
un jour il faudra bien

pour pouvoir dire ensemble
la vie est à nous

Paru le 2 mai 2019

Éditeur : Editions Bruno Doucey

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.