Ciel fendu

Marie-Claire Bancquart

Les mots s’autodétruisent
dans l’odeur surie des bibliothèques

on lève son regard vers la fragilité des nuages.

Plus fragile, pourtant,
le ciel fendu par des écroulements

chairs pissant leurs liquides

massacres attentats

ils ne suriront pas, eux
ils bombillent sur le sang, bourdonnant l’opéra de la mort totale.

Eh, la parole, tu t’es enfuie
sur les ailes de ces mouches à merde ?

Mais non, tu restes
cette place de sève où la vie continue
dans la tige qu’on croyait gâtée pour toujours.

On s’accorde avec un espoir minuscule
en pot sur le balcon.

Notre précieux rien. Notre indéfectible amour, à deux, à d’autres
au milieu du monde presque défait. Notre évidence.

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

Poème
de l’instant

Évariste de Parny

Poésies érotiques

Enfin, ma chère Éléonore,
Tu l’as connu ce péché si charmant
Que tu craignois, même en le désirant ;
En le goûtant, tu le craignois encore.
Eh bien, dis-moi ; qu’a-t-il donc d’effrayant ?
Que laisse-t-il après lui dans ton âme ?
Un léger trouble, un tendre souvenir,
L’étonnement de sa nouvelle flamme,
Un doux regret, et surtout un désir…
… Moments délicieux, où nos baisers de flamme,
Mollement égarés, se cherchent pour s’unir !
Où de douces fureurs s’emparant de notre âme,
Laissent un libre cours au bizarre désir !

Évariste de Parny, Poésies érotiques, 1778.