Chansons du peuple de Jean-Baptiste Clément

Chansons du peuple de Jean-Baptiste Clément

Présentés par Roger Bordier

Auteur célèbre du "Temps des cerises", tendre pastorale écrite en 1866 et devenue symboliquement plus tard " la chanson de la Commune", Jean-Baptiste Clément, poète et révolutionnaire, chroniqueur et pamphlétaire poursuivi par les autorités du second Empire, allait jouer auprès de Louise Michel, Delescluse, Rochefort, Verlaine, Caméliat, Varlin, pour ne citer que ces noms, un rôle de premier plan dans la grande insurrection de 1871. Celle-ci vaincue, il dut, s’étant battu sur les barricades jusqu’à la dernière heure, se réfugier à Londres après avoir été condamné à mort par la répression versaillaise. L’amnistie de 1880 lui permit de rentrer en France où, infatigable, il se redonna à ses grandes passions : écrire pour le peuple, lutter pour l’égalité sociale. Il s’éteignit le 23 janvier 1903, usé par tant d’épreuves, prématurément vieilli selon les témoignages, mais laissant une oeuvre remarquable. En voici d’importants extraits, réunis dans cet ouvrage publié à l’occasion du centième anniversaire de sa mort.

Paru le 1er mars 2003

Éditeur : Le Temps des cerises

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Claude Michel Cluny

Odes Profanes

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.