Carnets confidentiels

Contact

Imprimerie La botellerie

Vauchrétien

Silhouettes

1er février 2014

Silhouettes

Par-delà ses mains,
sculpter
d’un souffle
arraché à l’Eternel.

Cantilène

1er septembre 2013

Cantilène

Comme chaque jour ils font le tour
du parc du château déserté,
octogénaire
et son bouledogue paisible, vieillissant.
En ce jour de novembre l’horizon s’emplit
de leurs images sombres ;
le silence les suit quand ils regagnent
l’asile blafard du foyer

Le semeur intempestif

1er septembre 2013

Le semeur intempestif

Trop de lacunes dans l’inspiration ?
Ouvre tes fenêtres : observe le monde
en ses splendeurs
et cruauté.

Clairières

1er mars 2013

Clairières

Clairière.
Un coeur tout neuf
pour y décrocher
le soleil.
Un petit félin s’en remit
à moi parce qu’il souffrait.
Mes soins lui apportèrent
l’apaisement qu’il espérait.

Refaire sa vie ?

1er mars 2013

Refaire sa vie ?

Je revis aux ardeurs
des feuillages d’automne
sous le soleil.
Ils soulignent le vibrant mais fugitif retour
de beaux jours
qu’on croyait révolus.
Subjugué
l’esprit rejoignant les cimes
fait danser les étoiles.

Copie blanche - 4

1er septembre 2012

Copie blanche - 4

"Poète
dévoreur ou initiateur
d’inspiration ?
Suivre Rimbaud ?
Vent dans les poches.
Poings aux nuages.
Renverser les quilles
des bateaux ivres.
Les grands auteurs.
J’hésite à les lire.
Comment se libérer
de leur empreinte ?"

Escarbilles

1er février 2012

Escarbilles

"Que m’ont-elles fait ?
N’est-il pas cruel d’arracher
des pages à un livre ?
L’unanimité serait mauvaise
conseillère ?
On a souvent la chance de déplaire
à quelqu’un."

Villégiatures

1er février 2012

Villégiatures

"Les paysages vierges,
les êtres qui proposent le mystère
de leur regard :
invitations à explorer,
occuper
ce monde ?"

Les années minou

1er janvier 2012

Les années minou

"Sur la terrasse, un chat
qui te ressemble étrangement.
Vient-il nous parler
de Toi ?"

Paroles buissonnières

1er janvier 2012

Paroles buissonnières

"Un ciel bleu embué
des nostalgies du départ.
Quitter les conventionnels rivages
du monde et de soi-même.
Les horizons défilent à la vitre
d’un véhicule :
la Terre continuellement vue
et corrigée ?"

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.