Caractères

Contact

7 rue de l’arbalète

75005

Paris

La voix de l'ombre d'Annie Molin Vasseur

1er juin 2014

La voix de l’ombre d’Annie Molin Vasseur

Un poète m’a dit : La poésie…
ça sert à rien.
C’est à vous que je parle.
Il semblerait que ce soir
je veuille risquer ma peau
c’est à vous que j’écris
c’est à vous que je parle.

Lieu douloureux, par Hamoutal Bar-Yosef

1er mai 2013

Lieu douloureux, par Hamoutal Bar-Yosef

Dans ce beau volume trilingue : hébreu-arabe-français, Hamoutal Bar-Yosef (universitaire, poète et nouvelliste) remonte le cours de son enfance. Ce sont les années précédant la création de l’État d’Israël. Tout commence par un cri : la mort du frère aîné. Plaie toujours ouverte sur une vie qui se prolonge dans la douleur pour enfin accueillir « l’équanimité » de la maturité, ainsi que l’écrit son préfacier Dan Miron. L’intérêt de ce livre s’élargit au partage en langue arabe de ce passé commun à deux (…)

La caresse du vertige

1er novembre 2012

La caresse du vertige

Qu’en nous se dénoue le bienheureux mouvement
D’une spirale en contrepoint, volute et tige,
Qui de l’effroi tire caresse du vertige -

<i>Tome 1 des œuvres complètes</i>

1er mai 2012

Tome 1 des œuvres complètes

Coffret
55 exemplaires de tête numérotés
accompagnés d’une reproduction signée sur papier japon d’une peinture de
Georges Visconti
Édition établie par Xavier Houssin et Nicole Gdalia.

Lang nou souse nan sous Notre langue se ressource aux sources de Jean-Durosier Desrivières

1er janvier 2012

Lang nou souse nan sous Notre langue se ressource aux sources de Jean-Durosier Desrivières

"un mot prend la main d’un autre
sang cadencé
sang culbuté
pour jouer une même note
le français se colle
bien serré
au corps du créole
[…]"

Lent animal amer de Jaime Sabines

1er avril 2011

Lent animal amer de Jaime Sabines

Jaime Sabines Gutiérrez était un poète et homme politique mexicain, né á Tuxtla Gutierrez, Chiapas le 25 mars 1926 et décédé á Mexico le 19 Mars 1999. Cette année ce fête donc les 85 ans de sa naissance et les 12 ans de sa disparition.
Jaime Sabines a été connu sous le nom “Sniper de la littérature” pour son appartenance à un groupe qui a vraiment transformé la littérature. Ses écrits sont fondés sur une présence à différents endroits comme la rue de tous les jours, les hôpitaux, les tribunaux et ainsi de (…)

Lettre ouverte de Juan Gelman

1er avril 2011

Lettre ouverte de Juan Gelman

suivie de SOUS LA PLUIE ÉTRANGÈRE de JUAN GELMAN en édition bilingue

Deux voix : Edith Södergran, finlandaise, et Karin Boye, suédoise

1er avril 2011

Deux voix : Edith Södergran, finlandaise, et Karin Boye, suédoise

Traduit par ELENA BALZAMO et CAROLINE CHEVALLIER
Ce livre offre un choix « en miroir » des deux plus grandes poètes femmes de la Scandinavie du 20ème siècle.
Presque contemporaines, elles vivaient dans deux pays différents et écrivaient dans la même langue.
Edith Södergran (1892-1923), finlandaise, et Karin Boye (1900-1941), suédoise, ont toutes deux profondément influencé la littérature suédophone.
Elles ont été à la source du modernisme nordique.
Différentes et semblables, les deux poètes marquent (…)

13 poètes du Nord

1er avril 2011

13 poètes du Nord

Un choix personnel et original des voix fortes du nord.
on y trouve  :
ANNE-MARIE BERGLUND / ULF ERIKSSON / CATHARINA GRIPENBERG / LARS GUSTAFSSON / GUNNAR HARDING / MAGNUS HEDLUND / LI LI / BIRGITTA LILLPERS / CARL-HENRIK SVENSTEDT / STAFFAN SÖDERBLOM / TOMAS TRANSTRÖMER / JACQUES WERUP / JAN ERIK VOLD
un voyage en poésie sur des voies souvent inattendues.

Lointaines

1er novembre 2010

Lointaines

Un recueil comme une explosion de villes sans frontières… les bruits de civilisation dans ce livre sont comme autant d’aboiements et de souplesse à construire le sens.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.