Blasons du corps féminin

Auteur : Patrick Le Divenah

Ton dos

Ingres s’en fût pâmé l’eût intégré puis il
l’eût saisi sur la toile l’eût exalté mais
sans art il s’offre de lui-même il se soumet
à la main qui s’égare sur cette immobile

étendue hésite devant l’immarcescible
vide ne va-t-il pas se retourner inquiet
d’une ingratitude possible ce n’était
qu’un doux frémissement qui le trahit docile

mais quels mots dire au pied de ce mât de cocagne
l’élan me fait défaut je cherche vainement
la parole qui célébraient la montagne

jusqu’à ce que perdu sur l’arête où j’ahane
me revienne la route où quand j’avais vingt ans
j’eus le coeur soulevé à la vue du dos d’Anne

Paru le 1er juin 2014

Éditeur : L’échappée belle

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.