Béatrice Kad

Après avoir reçu une formation technique scientifique par nécessité et travaillé en industrie comme dessinatrice, Béatrice Kad, née à Paris le 28 décembre 1939, s’installe avec sa famille en Alsace pour suivre son mari ingénieur fin 1969.
Elle s’adonne à l’écriture poétique parallèlement à ses formations et son activité de praticienne en relation d’aide (sophrologie, psychothérapie) et d’enseignante en arts énergétiques d’origine chinoise. Elle intervient notamment en milieux hospitalier, carcéral, scolaire.
Elle a abordé différents genres littéraires, de la nouvelle à la poésie.
"Tout débute à l’âge de 5 ans. Accoudée ce jour-là à la fenêtre du 6ème étage, je reçois de plein fouet la mort et l’éternité. Face à moi et au chat, l’évidence s’abat avec les pigeons sur les toits … Il ne s’agit pas d’écrire, mais de saisir l’inconcevable apparu dès le début. Pour cela s’emparer du seul bien portée de main - un papier, un crayon - et tenter d’attraper ce qui nous file sous le nez avec le fil de l’écriture et le jeter illico dans la trappe du papier quadrillé" ("Poésenfance").
Dès son arrivée à Wissembourg, publications dans de nombreuses revues et anthologies. "Seule l’encre était en mesure d’ouvrir des chemins parallèles, d’inventer la lumière". Elle a obtenu de nombreux prix de poésie et d’édition.

Extrait

L’homme qui applaudit l’univers
meurt sans amertume
libre des ressacs de l’espoir
et de lui-même

il part dans ces paysages dont la beauté
s’éloigne
et s’enfonce au fond des nuits

La terre du coeur
transcende les saisons

tout reste en ordre
l’horizon prolonge l’homme
qui s’efface

Extrait de "Echappée de la lourdeur", Inédit.

Bibliographie

Poésie

  • Célébrations, Éditions Les Presses Littéraires, 2011.
  • L’oiseau du vivre suivi de Du Vents et des cailloux, Poésie sur Seine, 2003.
  • Une poignée d’espace suivi de Immensément la faille, Ecritoire d’Estieugues, Prix de l’édition, 2002.
  • Instants suspendus, Poètes de l’Amitié, Prix de l’édition, 2000.
  • Le sang, l’encre et la sève, trilogie, Éditions le Luy de France, Prix de la Ville de Colmar, INFOCOMPO, 2000.
  • 8 cartes postales poèmes 6, 1986.
  • Flashes de l’ordinaire, Éditions Le pré de l’âge, 1985.
  • La pierre Théophanique, Éditions Du Guichet, 1984.
  • Flashes pour un voyage ordinaire, collection Polder, Revue Décharge, 1984.
  • Abîme de clarté, Centre Froissart de recherches poétiques, 1982.
  • Peauèmes pour (N) voix, Éditions Le Temps plié, 1983.
  • Ossature du silence, Éditions Jalons, 1982.
  • Rupture / Déploiement, Poètes du monde, Éditions Henri Pinson, 1981.
  • Carespondance, Prix de la revue Nard, 1981.
  • Poèmes neutroniques et d’autres en peau de femme, préface de Claude Vigée, Éditions Vrac, 1981.
  • Où vont les chemins qui se perdent, Centre Froissart de recherche poétiques, 1981.
  • Mémoires rétractiles, Centre Froissart de recherches poétiques, 1980.
  • La liberté aux yeux d’orage, trilogie, Éditions Arcam, 1978.
  • Mémoire en exergue, Éditions Arcam, 1976.
  • Hauts-Fonds, préface de Jean-Paul Klee, Éditions Chambelland, 1975.
  • Pulsations, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1974.
  • Au fil des jours, Éditions les Paragraphes littéraires de Paris, 1973.
  • Les Temps décomposés, Poésie vivante, 1971.

Dernières parutions