Baudelaire et le puits des magies

par Pierre Brunel,

"L’essai que je présente ici a sa source dans un intérêt très ancien chez moi pour Baudelaire, et dans le désir de poursuivre la réflexion amorcée lors d’un précédent essai sur Les Fleurs du Mal, de l’élargir en sollicitant plus largement l’œuvre dans son ensemble, en pratiquant l’analyse mythocritique et en montrant comment du gouffre baudelairien, décrit par Benjamin Fondane, jaillissent des trésors, venus d’un " puits des magies ".
Les essais successifs conduiront d’Homère à des contemporains de Baudelaire, français ou étrangers, mais aussi, au-delà de lui-même, à cette modernité poétique que, selon Hugo Friedrich, il a inaugurée. Ni les beaux-arts, ni la musique ne seront oubliés. Mais, est-il le besoin de le préciser, les exemples retenus l’ont été pour leur pouvoir de suggestion, et nullement dans un esprit d’enquête et d’exhaustivité."
Pierre Brunel

Pierre Brunel, tout en étant l’un des meilleurs spécialistes français de littérature comparée, a aussi beaucoup œuvré dans le domaine de la mythocritique et de la poésie du XIXe siècle. Après ses essais et éditions critiques de Rimbaud, il s’intéresse ici à un autre grand magicien, Baudelaire.

Paru le 1er janvier 2003

Éditeur : José Corti

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Lettre à George Sand

25 juillet 1833,

Mon cher George,

J’ai quelque chose de bête et de ridicule à vous dire. Je vous l’écris sottement, au lieu de vous l’avoir dit, je ne sais pourquoi, en rentrant de cette promenade. J’en serai désolé ce soir. Vous allez me rire au nez, me prendre pour un faiseur de phrases dans tous mes rapports avec vous jusqu’ici. Vous me mettrez à la porte et vous croirez que je mens. Je suis amoureux de vous, je le suis depuis le premier jour où j’ai été chez vous.

Alfred de Musset, 1810-1857, Lettre à George Sand.