Arfuyen

Contact

35 rue Le Marois

75016

Paris

Le pays derrière les yeux

1er juin 2009

Le pays derrière les yeux

"il y a
en toutes choses
une prodigieuse
lenteur"

La lune noircie

1er avril 2009

La lune noircie

Prix de littérature Jean Arp 2009.
"Dans le court texte qui ouvre le premier récit, Anise Koltz livre une vision de l’homme marquée par la souffrance et la désillusion : « Suspendu par les pieds dans le vide tel un morceau de boucherie, gluant des sucs de sa mère et recouvert de sang qui n’est pas le sien, la première vision de l’homme est celle d’un monde à l’envers. Pourra-t-il jamais la faire coïncider avec celle qu’il aura, une fois atterri sur ses pieds ? Ses pieds feront de lui un marcheur, le (…)

Le séjour

1er avril 2009

Le séjour

"Parce qu’il vient du séjour, le poème parle du séjour. Parce qu’il vient du silence, le poème parle du silence. Toujours il remonte vers son aube natale, toujours dans sa parole résonnent ses origines."

De monde en monde

1er janvier 2009

De monde en monde

"Chaque moment je recommence
le désert
je marche chaque douleur un pas
et j’avance
de monde en monde"

Autour du vide

1er novembre 2008

Autour du vide

Ce quatrième recueil chez Arfuyen marque une étape nouvelle d’une étroite collaboration. Il est illustré en couverture d’une œuvre originale de Geneviève Asse, avec qui Silvia Baron Supervielle a publié Un été avec Geneviève Asse, entretiens, (L’échoppe, 1996).

Pour un psaume de Roger Munier

1er novembre 2008

Pour un psaume de Roger Munier

Pour un psaume : le titre choisi par Roger Munier signifie bien son propos. Il s’agit, modestement, de rassembler des éléments pour une louange, une célébration. En épigraphes deux citations très significatives. La première, de Maître Eckhart : « Tant que l’âme a un Dieu, connaît un Dieu, sait un Dieu elle est loin de Dieu. C’est pourquoi c’est le désir de Dieu de s’anéantir Lui-même dans l’âme, afin que l’âme se perde elle-même. » La seconde, de Mère Teresa : « On me dit que Dieu m’aime – et pourtant la (…)

Don de l'ébriété de Claudio Rodriguez

1er juin 2008

Don de l’ébriété de Claudio Rodriguez

Traduit de l’espagnol par Laurence Breysse-Chanet
"La clarté toujours nous parvient du ciel ;
c’est un don : non éparse entre les choses
mais très au-dessus, elle les occupe
et telle est sa tâche et telle est sa vie."

Ici pépie le coeur de l'oiseau-mouche de Nicolas Dieterlé

1er juin 2008

Ici pépie le coeur de l’oiseau-mouche de Nicolas Dieterlé

Après L’Aile pourpre publié par Arfuyen en 2004, Ici pépie le cœur de l’oiseau-mouche est le deuxième texte littéraire de Nicolas Dieterlé qui soit présenté au public. Le journal spirituel de Nicolas Dieterlé a paru sous le titre La Pierre et l’oiseau (Labor et Fides, 2004).
Nicolas Dieterlé n’a de son vivant jamais souhaité publier aucun texte, mais laisse des écrits nombreux – récits, proses et poèmes.
Il n’a également rien voulu montrer au public de son travail pictural, mais il laisse plus de 500 (…)

La poésie c'est autre chose, 1001 définitions de la poésie

15 mai 2008

La poésie c’est autre chose, 1001 définitions de la poésie

Le but de cet ouvrage n’est pas de développer une doctrine ni d’exprimer une sensibilité, même si, bien sûr, il ne saurait être aussi objectif ni exhaustif qu’on l’a souhaité. Son propos est avant tout de faire comprendre et aimer la poésie : éclairer la signification et l’importance de cette forme littéraire essentielle et aujourd’hui si méconnue qu’on appelle poésie et inciter ainsi à la lire. Il s’agit, modestement, de faire partager une passion. Exercice difficile s’il en est, mais plus nécessaire que (…)

Journal de l'air

1er avril 2008

Journal de l’air

"Les heures se perdent un léger vent
traverse le regard comme si
quelque chose restait suspendu
entre une feuille et l’autre on ignore
ce qui vient ce qui s’en va ailleurs
est un mot sans visage on habite
un silence vide on cherche un nom
mais la brume efface les images
au bord du pré une vache attend"

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Le désert vivant

Au cœur du rien tout est floraison. La vie est un tout dans le tout, à prendre ou à laisser. Si je ne veux prendre que ce qui m’arrange, je perds tout.

Lorand Gaspar, Le désert vivant, Éditions Le temps qu’il fait, 2004.