Antidictionnaire des couleurs

de Pierre Mabille

Antidictionnaire des couleurs

La poésie tout autant que la peinture est pour Pierre Mabille une théorie des couleurs. Mais une théorie foisonnante, mouvante, pleine de bleus. On avance dans ce livre entre images et mots – mais les uns sont les autres et vice versa – avec « la lenteur vivante de ces glissements » colorés, avec un art du décalage, de la variation, comme une douleur qui se déplace. Mabille traverse les petits tableaux du quotidien, fait miroiter les détails, les reflets, les objets communs. Autant de poèmes nécessaires comme des bulles fragiles, comme une buée de souvenirs, juste un souffle, une exhalaison. Brefs moments, brefs « poems » happés, au passage : attrapés au vol. Textes qui viennent toucher le monde par les couleurs, à la façon des aveugles qui touchent le visage de l’autre pour le reconnaître, en petites touches, et sans avoir l’air d’y toucher. On glisse dans cette « étendue fatiguée de lumières perdues » : c’est vintage, sentimental, désaturé, ça sonne pop désabusée. Il y a la tonalité de ceux qui savent que le monde ne sera jamais gagné, l’affection des losers à la Brautigan, le petit pas de côté, la pirouette, l’ironie légère et un peu triste des gars perdus dans une époque et des vêtements trop grands. Ceux qui fantasment sur Robert Mitchum mais n’ont pas grand-chose sinon des vieilles photographies, un peu de distance, des orages et des périphériques. Et puis l’oubli, beaucoup d’oubli, beaucoup de nuits. Cet Antidictionnaire des couleurs est une collection d’instantanés poétiques qui se succèdent dans un dégradé de couleurs nostalgiques et joueuses, frondeuses et graves, entre le remord, la tendresse et la joie. Chaque couleur porte mille définitions, mille variations du monde, dans leur porosité, leur contagion, leurs contradictions. Glisser d’un jour à l’autre de sa vie est une alchimie, un mélange permanent, une recherche hasardeuse de solution d’équilibre, mais tout coule en permanence dans un flux de mosaïque. Tout au long de ce mélange d’images et de mots kaléidoscopiques, vous croiserez des joueurs de basket, des mouettes sur écran géant, des formulaires administratifs, des groupes de heavy metal, des chats dans le jardin, des femmes endormies, des stations service, des nuages très rapides et d’autres super lents, des touristes anglaises, des tableaux de Claude Monet… et que l’on puisse extraire des pigments bleus des tournesols à drapeau, vous le saviez ?

dans le livre de la fille de Brautigan
la mort n’est pas contagieuse
elle passe devant leur maison d’avant

plusieurs centaines de papillons
sortent de la cheminée en pierre
et recouvrent le pignon

d’abord énorme nuage
puis vigne vierge orangée
vibrant dans la chaleur

mur silencieux de la maison
où brautigan s’est suicidé
recolorisé façon bonnard

Paru le 20 novembre 2020

Éditeur : Unes

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Le Chant du métèque

Vous ne saurez jamais ma soif mon angoisse
des visages douloureux, des nébuleuses obscures,
des sourires lumineux, des carrefours tordus,
du temps qui naît, du temps qui meurt,
des fenêtres closes, des tombes étales
sous le baiser humide du ciel.

Jean Malaquais, « Le Chant du métèque », Revue Caravanes 7, Éditions Phébus, 2001.