Anthologie poétique amoureuse

Auteur : Marc Alyn

Anthologie poétique amoureuse

« Un beau corps de femme est la meilleure lampe de chevet », assure le Mauricien Malcolm de Chazal, qui ajoute : « Dormir à deux rend la nuit moins opaque. » De tout temps, les poètes ont considéré l’amour comme la suprême illumination, l’orage désiré, la minuterie transcendante susceptible de « rendre clair leur coeur obscur . Des « cours d’amour » où les troubadours pratiquaient le culte de la « princesse lointaine », en échange d’un baiser nommé « consolement », à la gorge de lait et de rose de la Cassandre de Ronsard ou de la Délie de Maurice Scève ; des prophéties érotiques de Vigny (« La Femme aura Gomorrhe et l’homme aura Sodome ») à la passion malheureuse de Nerval pour l’actrice Jenny Colon ; des « nuits fauves » de Baudelaire, Lautréamont ou Verlaine à l’éternelle quête de la femme-fée propre aux surréalistes, la présente anthologie invite à prêter l’oreille au chant profond du coeur à l’affût des battements d’un autre coeur.
Une place importante est réservée aux auteurs contemporains (Aragon, Eluard, Robert Sabatier, Bernard Noël…) et à la poésie féminine (Gisèle Prassinos, Andrée Chédid, Marie-Claire Bancquart…)

Paru le 1er janvier 2010

Éditeur : L’Archipel

Genre de la parution : Anthologie

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.