André Pieyre de Mandiargues

André Pieyre de Mandiargues naît le 14 mars 1909 à Paris.

André Pieyre est issu d’une famille de la noblesse d’Empire de tradition calviniste. Très jeune déjà, il est passionné de littérature. Son bac en poche, il entreprend des études de lettres qu’il abandonne rapidement pour se consacrer à l’archéologie et notamment à l’étude de la civilisation étrusque. Au cours des années 1930, il visite l’Europe et le bassin méditerranéen.

En 1943, alors réfugié à Monaco, il publie son premier recueil de poésie, à compte d’auteur, intitulé Dans les années sordides. Celui-ci sera publié aux Éditions Gallimard en 1948. À son retour à Paris en 1945, il se lie d’amitié avec André Breton et fait la connaissance de nombreux surréalistes. Il rencontre également Bona Tibertelli de Pisis, nièce du peintre ferrarais Filippo De Pisis, avec qui il se marie en 1950.

En 1960, il signe le Manifeste des 121 titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie » et né dans le sillage du groupe de la rue Saint-Benoît.

En 1963, après avoir publié une œuvre déjà conséquente, il fait paraître un roman intitulé La Motocyclette. Ce dernier est adapté en film par Jack Cardiff dès 1967, avec notamment Alain Delon et Marianne Faithfull. Cette même année, il remporte le prix Goncourt pour son roman La Marge qui sera lui aussi adapté au cinéma en 1976 par Walerian Borowczyk sous le même titre.

En 1979, André Pieyre reçoit le Grand Prix de poésie de l’Académie française.

Très proche de nombreux écrivains, André Pieyre a laissé une impressionnante correspondance.

André Pieyre meurt le 13 décembre 1991 à Paris. Il repose au cimetière du Père-Lachaise, dans 13e division.

Bibliographie

Poésie

  • Écriture ineffable, précédé de Ruisseau des solitudes, de L’Ivre Œil et suivi de Gris de perle, Poésies complètes, tome II, Éditions Gallimard, 2010.
  • L’Âge de craie, suivi de Dans les années sordides, Astyanax et Le Point où j’en suis, Poésies complètes, tome I, Éditions Gallimard, 2009.
  • Gris de perle, suivi de Les portes de craie, Cuevas blues, Sept jardins fantastiques et Variations citadines, "dernier cahier de poésie", Éditions Gallimard, 1993.
  • Les Variations citadines, Avec 4 lithographies de Bona, Chez Michel Cassé, 1992.
  • Les Portes de craie, Illustrations de Pierre Alechinsky, Robert et Lydie Dutrou, 1989.
  • Écriture ineffable, Avec 2 eaux-fortes de Mehdi Qotbi, Fata Morgana, 1988.
  • Passage de l’Égyptienne, Eaux-fortes de Miro, R.L.D., 1987.
  • Carrare, Avec 4 aquarelles de Osa Sherdin, 1987
  • Cuevas blues, Fata Morgana, 1986.
  • Sept Jardins fantastiques, Avec 7 eaux-fortes de Kiyozumi Yamashita, Éditions Muleta, 1983.
  • L’Ivre Œil, suivi de Croiseur noir et de Passage de l’Égyptienne, "sixième cahier de poésie", Éditions Gallimard, 1979.
  • Croiseur noir, Avec 6 eaux-fortes de Wifredo Lam. O. Lazar-Vernet, 1972.
  • Le Lièvre de la lune, Avec 2 eaux-fortes d’Enrico Baj, M’Arte Edizioni, 1970.
  • Ruisseau des solitudes, suivi de Jacinthes et de Chapeaugaga, "cinquième cahier de poésie", Éditions Gallimard, 1968.
  • Jacinthes, Eaux-fortes d’Alexandre Bonnier, O.L.V., 1967.
  • Les Incongruités monumentales, Avec 33 lithographies d’Enrico Baj, 1967.
  • Larmes de Généraux, Lithographies d’Enrico Baj, Hermann Igell, 1965.
  • Le Point où j’en suis, suivi de Dalila exaltée et de La Nuit l’amour, Éditions Gallimard, 1964.
  • Astyanax, précédé de Les Incongruités monumentales et suivi de Cartolines, Éditions Gallimard, 1964.
  • La Nuit l’amour, Chez Pierre Loeb, 1961.
  • L’Âge de craie, suivi de Hedera, Éditions Gallimard, 1961.
  • Cartolines et dédicaces, Le Terrain Vague, 1960.
  • Astyanax, Dessins de Bona, Le Terrain Vague, 1957.
  • Les Incongruités monumentales, Éditions Robert Laffont, 1948.
  • Dans les années sordides, Éditions Gallimard, 1948.
  • Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie, Hommage, 1945.
  • Dans les années sordides, 280 exemplaires numérotés, à compte d’auteur, 1943.

Contes et Nouvelles

  • Récits érotiques et fantastiques, Éditions Gallimard, 2009.
  • Le Deuil des roses, recueil de nouvelles, Éditions Gallimard, 1983.
  • Sous la lame, récits, Éditions Gallimard, 1976.
  • Mascarets, récits, Éditions Gallimard, 1971.
  • La Nuit de mil neuf cent quatorze, Éditions L’Herne, 1971.
  • Le Marronnier, Éditions Mercure de France, 1968.
  • Porte dévergondée, récits, Éditions Gallimard, 1965.
  • Sabine, Éditions Mercure de France, 1963.
  • La Marée, Le Cercle du livre précieux, HC, 1962.
  • Feu de braise, Éditions Grasset, 1959.
  • Soleil des loups, Éditions Robert Laffont, 1951.
  • L’Étudiante, Les éditions La Fontaine, 1951.
  • Le Musée noir, recueil de nouvelles, Éditions Robert Laffont, 1946.

Romans

  • Monsieur Mouton, Éditions Fata Morgana, 1995.
  • Tout disparaîtra, Éditions Gallimard, 1987.
  • L’Anglais décrit dans le château fermé, Éditions Gallimard, 1979.
  • La Marge, Prix Goncourt, Éditions Gallimard, 1967.
  • La Motocyclette, Éditions Gallimard, 1963.
  • Le Lis de mer, Éditions Robert Laffont, 1956.
  • L’Anglais décrit dans le château fermé, sous le pseudonyme de Pierre Morion, Oxford & Cambridge, 1953.
  • Marbre, Éditions Robert Laffont, 1953.

Théâtre

  • Arsène et Cléopâtre, Éditions Gallimard, 1981.
  • La Nuit séculaire, Éditions Gallimard, 1979.
  • Isabella Morra, Éditions Gallimard, 1973.

Essais

  • Les Rougets, Illustré par une soixantaine d’artistes chargés chacun de six à trente volumes, Éditions Fata Morgana, 2003.
  • Ultime Belvédère, Éditions Fata Morgana, 2002.
  • Quatrième Belvédère, Éditions Gallimard, 1995.
  • Aimer Michaux, Éditions Fata Morgana, 1983.
  • Le Trésor cruel de Hans Bellmer, Éditions Le Sphinx, 1979.
  • Arcimboldo le merveilleux, Éditions Robert Laffont, 1977.
  • Bona l’amour et la peinture, Éditions Skira, 1971.
  • Troisième Belvédère, Éditions Gallimard, 1971.
  • Critiquettes, Eaux-fortes de Bona, Éditions Fata Morgana, 1967.
  • Beylamour, Jean-Jacques Pauvert, 1965.
  • Les Corps illuminés, Photographies de Frédéric Barzilay, Éditions Mercure de France, 1965.
  • Deuxième Belvédère, Éditions Grasset, 1962.
  • Sugaï, Georges Fall éditeur, 1960.
  • Le Belvédère, Éditions Grasset, 1958.
  • Le Cadran lunaire, Éditions Robert Laffont, 1958.
  • Les Monstres de Bomarzo, Avec trente-six photographies de Glasberg, Éditions Grasset, 1957.
  • Masques de Léonor Fini, Avec quatre planches de dessin de Leonor Fini et dix photographies d’André Ostier, La Parade, 1951.