André Beucler

André Beucler (1898 – 1985) est né à Saint-Pétersbourg d’un père français et d’une mère russe. Il fait ses études à Belfort et Besançon. Mobilisé en 1917, il est blessé au Front.
En 1925, il publie aux Éditions Gallimard son premier ouvrage La Ville anonyme qui le fait rentrer avec éclat dans la république des Lettres ; suivront de nombreuses nouvelles, des essais, quinze romans, dont Gueule d’Amour, adapté à l’écran et interprété par Jean Gabin, ainsi que des recueils de souvenirs.
Dans l’Entre-deux-guerres, André Beucler, dont les points de vue politique et journalistique sont appréciés, parcourt l’Europe centrale comme envoyé spécial de plusieurs quotidiens et hebdomadaires (Marianne, Voilà, VU, Le Petit Parisien, Le Figaro, L’Intransigeant, etc.). Parallèlement, il écrit les dialogues, adapte et réalise plusieurs films à la UFA à Berlin, avant d’être expulsé d’Allemagne en 1934.
Chargé de mission au cabinet Giraudoux en 1940, il organise après l’Exode une structure de contact et d’hébergement dans le Midi où passent de nombreuses personnalités.
Après la Seconde Guerre mondiale, il produit de nombreuses émissions de radio dont le Bureau de poésie qui dura plus de 25 ans, dans laquelle les poèmes envoyés par les auditeurs étaient sélectionnés puis lus par des comédiens de renom.
André Beucler ressent et met en lumière dans l’ensemble de son œuvre la poésie immanente au monde. Cependant, André Beucler s’intéressait plus à la poésie des autres qu’à la sienne et, à l’exception de quelques poèmes parus en revue, la plus grande partie de son œuvre poétique est restée inédite de son vivant.

Extrait

La paresse est plus douce que les honneurs les plus brillants.
(Maxime chinoise)

Procès verbal
à Henri Mondor

Une hirondelle a fait cette année un printemps
Pour les beaux yeux de l’air absolu qui la porte
Mais on ne voit personne émerger de l’eau morte
Et se noyer d’espoir dans ce vol éclatant

Sur le sable où les corps répugnent à leurs jeux
La mer fait scintiller ses sirènes oisives
Mais on ne voit personne abandonner les rives
Et plonger vers l’étreinte offerte par des dieux

Par delà les jardins et la vigne et le blé
La porte de la lune est demeurée ouverte
Mais on ne voit personne allégé de sa perte
De ses deux mains surgir au trapèze étoilé

L’avenir au carreau frappe de ville en ville
Et propose à la vue un nouvel horizon
Mais on ne voit personne au bout de sa raison
Renoncer de bon cœur à des tâches serviles

Bibliographie

Éditions Gallimard

  • Gueule d’Amour, roman, collection Folio, 2003.
  • La Ville anonyme, collection Imaginaire, 1998.
  • De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain-des-Près, souvenirs, 1982.
  • Plaisirs de mémoire, souvenirs, Gallimard, 1982.

Éditions Mémoire du livre

  • Vingt ans avec Léon-Paul Fargue (Portrait), 1999.

Éditions Le Temps qu’il fait

  • Dimanche avec Léon-Paul Fargue,souvenirs, 1997.

Éditions Le Castor Astral

  • Le Mauvais sort (roman), Le Castor Astral, 1995.
  • Les Instants de Giraudoux , portrait, 1995.

Éditions Phébus

  • Entrée du désordre, nouvelles, 1995.

Plaisirs de mémoire et d’Avenir , Revue de l’Association André Beucler
Contenant des extraits de l’œuvre poétique d’André Beucler.
Disponible auprès de l’Association : association@andrebeucler.com