Aencrages&Co

Editions de livres d’artistes

Descriptif :
Æncrages & Co est une association loi 1901 créée pour "promouvoir la poésie et les arts contemporains".

Deux permanents : Roland Chopard, président de l’association et bénévole et Sylvie Dupuis, coordinatrice et salariée.

Deux axes
 : l’édition et l’animation par l’organisation d’actions, événementielles ou inscrites dans la durée : des lectures d’auteurs, des rencontres artistiques ("performances"), des expositions, des ateliers d’écriture et de typographie,…

Contact :

aencrages.et.co@wanadoo.fr

Contact

6, rue Ernest Nicolas

25110

Baume-les-Dames

<i>Réminiscences (18) - Ce Jardin d'Encre</i>

1er octobre 2008

Réminiscences (18) - Ce Jardin d’Encre

Textes de Bernard NOELl, illustré par Jean-Michel MARCHETTI, sur une musique de Jean-Louis DECONFIN.
Le temps d’une soirée, Bernard Noël, figure emblématique de la poésie contemporaine a invité le public à une rencontre avec deux autres artistes. L’ouvrage a été illustré à cette occasion par le plasticien Jean-Michel Marchetti au son du piano de Jean-Louis Deconfin et de la lecture de Bernard Noël.
Tiré à 12 exemplaires signés et numérotés par les (…)

MBW-Songs for Robert WYATT

1er juin 2008

MBW-Songs for Robert WYATT

MBW est le cinquième volume consacré aux chansons et textes de Robert WYATT. Voici quinze poèmes d’Alfie BENGE mis en musique et chantés par Robert WYATT dans trois albums : Dondestan, Shleep et Cuckooland.
Traduction et illustration de Jean-Michel Marchetti

Visible/Lisible n°15

1er juin 2007

Visible/Lisible n°15

Coll.Visible/Lisible
Ecrit pas J. Sartorius et illustré par Colette Deblé.

La première nuit

1er juin 2007

La première nuit

Coll. Livres d’artistes
Ecrit pas J. Sartorius et illustré par Colette Deblé.

Portraits I d'E. E. Cummings

1er avril 2007

Portraits I d’E. E. Cummings

"le jeune
homme assis
à Dick Mid’s Place
dit à la mort
parle-moi d’elle
de cette servante qui
dans Ta maison est assise
regardant silencieuse au-delà"
traduit par Jacques Demarq
et illustré par Daniel Schlier

l'eSCargot

1er septembre 2006

l’eSCargot

avec Jean-Michel Marchetti, peintre.
"Une seule bulle de savon et de vent reflète le soleil et mon visage."

Mémoires d'Alain Lambert et Marianne Dineur

1er février 2006

Mémoires d’Alain Lambert et Marianne Dineur

Livre de photographies
muni d’un fermoir
comme les cimetières de murs
un petit monde y vit
sur lui-même les airs sévères
montrent que l’on n’aime pas
la lumière du jour
qui mange les couleurs
déjà exsangues
Alain Lambert, poète d’origine bretonne, revient dans la demeure de ses ancêtres, par la fluidité de son écriture, on retrouve les odeurs, les craquements, signes des anciens disparus.
Les photographies de Marianne Dineur en esquisse, augmentées de lino, rehaussent les poèmes.
Un projet (…)

Kreisen Cercles de Rose Ausländer

1er novembre 2005

Kreisen Cercles de Rose Ausländer

traduction Dominique Venard, avec 4 bois gravés de Marfa Indoukaeva.
" Ecrire c’était vivre. Survivre." Rose Ausländer.
On peut dater la naissance en poésie de Rose Ausländer du recueil " Blinder Sommer " (" Eté aveugle "), paru en 1965. Rose Ausländer avait alors soixante-quatre ans. Elle avait certes écrit quelques poèmes avant ce recueil, mais peu nombreux et de qualité littéraire bien moindre, et l’essentiel de son œuvre viendra après. " Ecrire c’était vivre. Survivre. ", a-t-elle écrit. De fait, (…)

<i>Les Autoportraits de Jean-Michel Marchetti</i>

1er septembre 2005

Les Autoportraits de Jean-Michel Marchetti

"(…) en nous proposant ces photographies, il [Jean-Michel Marchetti] nous donne à comprendre que l’œil intérieur à l’aide duquel nous cherchons à nous voir, est un œil voilé, encombré, de sorte que l’image qui se forme en lui est altérée, ou carrément déformée. Pourquoi donc ? Cet œil faisait partie intégrante de notre réalité interne, et par là même, il porte en lui des contenus qui faussent sa vision. (…)"
Charles (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.