Ad Solem

Ad Solem, « vers le Soleil » : un nom, un esprit aussi, résolument tourné vers la « Lumière qui éclaire tout homme en ce monde ». Depuis quinze ans, chacun de nos livres veut à sa manière être un éclat, une étincelle pour faire rayonner le sens, un espace entre le monde et Dieu, pour permettre la rencontre du Verbe à travers les mots. Rencontre directe, par le biais de la littérature spirituelle…

Contact

10, rue Mercoeur

75011

Paris

Traversée

26 septembre 2018

Traversée

Recueil de Janine Modlinger.
"En chemin vers Florence. Un regard se perd dans le paysage. Ou plutôt il cherche. Il se cherche comme on cherche un vis-à-vis, un visage ami, un visage aimé. Le visage d’une mère perdue trop tôt et qui transforme la vie en une longue attente. Attente qui alors donne d’autant plus de valeur à chaque rencontre, à chaque présence. Attente qui creuse l’attention néanmoins. Parce que peut-être, ce visage, ce paysage, ce tableau laissent apparaître quelque chose d’inattendu : (…)

Approche de l'aube

26 septembre 2018

Approche de l’aube

Recueil de Thierry-Marie Clément
Préface de Jean-Pierre Lemaire

Tranquillement inquiet

1er mai 2017

Tranquillement inquiet

« Tranquillement inquiet » : ce nouveau recueil de Jean-Pierre Denis tient tout entier dans cet oxymore. Attitude en même temps qu’interrogation, il veut dire l’ignorance que nous entretenons au sujet de nous-mêmes. « Sens de la vie », « but de l’existence », « réussite ». Nous aspirons à la clarté, et en même temps nous composons avec l’hypocrisie qui ménage notre espace vital dans la société. Sans complaisance, Jean-Pierre Denis s’attache à faire tomber ces masques. L’espace ouvert par l’écart des « paumes (…)

Le soleil s'est réfugié dans les cailloux

8 mars 2017

Le soleil s’est réfugié dans les cailloux

Matin ou soir peu importe les cloches nous ponctuent
En août 2014, en Syrie, Anne-Lise Blanchard découvre les villes fantômes de Qousayr, Homs. Les maisons des quartiers chrétiens ont été incendiées pour empêcher tout retour, une bombe a été placée dans la cathédrale de Homs. Elle écoute les paroles des déplacés en Syrie, des réfugiés au Liban. « Je les recueille comme de précieux fragments d’une vérité dénaturée, d’un quotidien ignoré ». « Nous vivons l’oecuménisme du sang » affirme en juin 2015 le (…)

Matière à joie de Frédéric Dieu

5 décembre 2016

Matière à joie de Frédéric Dieu

Est-il en ma chair une région non corrompue où tu
demeures ? Saurai-je abriter quelque sanctuaire où
tu demeures et te plaises ? Ai-je enfin tant saccagé ma
demeure et vendu ma chair au plus offrant que tu ne
puisses plus y révéler la joie parfaite ?
La parole ou l’écriture nous élargit, ou bien nous cache – à nous-mêmes, aux autres –, comme un masque fait de mots. Mais elle peut aussi se faire exercice de vérité. Les mots deviennent alors les pas que laisse le poète derrière lui, traces sur le (…)

Beauté du presque rien de Janine Modlinger

1er septembre 2016

Beauté du presque rien de Janine Modlinger

C’est comme la parole lorsqu’elle vous traverse. On ne sait rien. On l’écoute.
Janine Modlinger a longtemps enseigné à Paris. Son premier recueil, Eblouissements, a paru chez Ad Solem.

Nuits

1er septembre 2016

Nuits

Une lueur troue la muraille
Le reconnaître
Et puis le perdre
Ne plus le voir
Saisir un peu
Du feu de joie
Qu’il vint nous tendre

Paroles données d'Anne Goyen

1er mars 2016

Paroles données d’Anne Goyen

Préface de Gérard Bocholier
Feu vivant né du coeur
Si tes mots étaient vrais
Ils brûleraient la page.
Après avoir enseigné les lettres classiques Anne Goyen partage aujourd’hui sa vie entre la poésie et la musique.

L'attente de la tour de Réginald Gaillard

1er novembre 2014

L’attente de la tour de Réginald Gaillard

Postface de Pierre Oster Faut-il tout dire aux vents voleurs qui racontent aux alentours tout ce qu’ils savent et inventent ce qu’ils ignorent ? Qu’importe… Une double tension traverse ce recueil. Il y a d’abord une tension vers ce qui a été et n’est plus. Un amour, une vie, un être rencontré s’éclipse dans l’oubli. Le poème le retient, lui confère dans les signes de la page une existence de surcroît dans le présent. Et il y a une tension tournée vers ce qui advient. Non pas l’attention à ce qui n’est pas (…)

Carnets nomades de Nathalie Nabert

1er avril 2011

Carnets nomades de Nathalie Nabert

"Partir.
Le mal qui nous pousse
Est un mal d’aube et de crépuscule.
Commencer puis finir.
Inventer un sillage de lumière.
Le jour va, vient, s’en retourne.
Fleurs du matin émerveillées,
Fleurs du soir désabusées."

Poème
de l’instant

Emmanuel Laugier

De terre, de mer, d’amour et de feu

J’ai embrassé Port-au-Prince
Comme on embrasse un premier amour

Une première fois
Un premier soir de saison des pluies

Marc Alexandre Oho Bambe, De terre, de mer, d’amour et de feu, Mémoire d’encrier, 2017.