Actes Sud

Maison d’édition généraliste, éditant quelques titres de poésie, des anthologies de poésie étrangère (Mexique, Africaine, falmande…) et des anthologies poétiques personnelles (Vénus Khoury-Ghata) et des titres de poésie jeunesse (Roland Causse…)

Contact

Place Nina Berberova Le Méjan BP 38

13200

Arles

Ne t'excuse pas

1er mars 2006

Ne t’excuse pas

Extrait :
"Le cheval est tombé du poème
Le cheval est tombé du poème.
Et les Galiléennes étaient trempées
De papillons et de rosée
Qui dansaient sur les marguerites des prés.
Les deux absents : toi et moi,
Moi et toi sommes les deux absents (..)"

Poèmes de Percy Bysshe Shelley

1er janvier 2006

Poèmes de Percy Bysshe Shelley

Présentation, traduction et notes de Robert Ellrodt
Edition bilingue, La Salamandre
Shelley (1792-1822), le poète des éléments, lOrphée à la voix merveilleuse, lamant extatique aux attentes parfois déçues, le créateur de mythes qui réenchantent l’univers, fut aussi le poète romantique le plus engagé, à la fois héritier des Lumières, mais rêvant dune révolution sans violence et dune humanité sans Dieu ni maître sur une terre devenue paradisiaque. Pour mettre en évidence ces aspects parfois méconnus de son (…)

Œuvre poétique

16 novembre 2005

Œuvre poétique

Traduction de Silvia Baron Supervielle et Claude Couffon.
« Alejandra habitait un appartement minuscule au cœur de Buenos Aires. […] Près de son bureau, elle avait épinglé une phrase d’Artaud : « Il fallait d’abord avoir envie de vivre. » La chambre était sobrement meublée : le bureau, un lit, quelques livres et un petit tableau noir sur lequel elle ébauchait ses poèmes, à la façon d’un sculpteur, entaillant à petits coups un bloc qu’elle savait receler quelques mots essentiels et précieux. Tout son art (…)

L’éternité est un battement de cils

1er janvier 2005

L’éternité est un battement de cils

Lire ou écrire un poème, c’est s’absenter des masques de soi, retourner au premier cri du premier souffle qui nous jeta, déchirés, des forges de la galaxie ici sur cette terre et retrouver l’éternel instant de l’éternel début ; c’est encore l’autre, l’autrement, l’inentendu des mots… comme on laisse, dans une chaise longue, sur les plages de l’espace et face à l’océan du temps, le chapeau de paille de notre vie et le nez de clown de nos destins.
Lire c’est dresser l’inventaire des invendus de la création, se (…)

Etat de siège

1er mars 2004

Etat de siège

Assiégé à Ramallah, le poète note au jour le jour, en de très courts poèmes, ses impressions sur une guerre de plus en plus atroce qu’illustre à sa manière, très sobrement, le photographe Olivier Thébaud.
Photographies d’Olivier Thébaud "Archives privées"
143 pages, format 15 x 20,5 / 42 photographies
titre original : Hâlat hisâr ; éditeur original : Riad el-Rayyes, Beyrouth, 2002
en France : Actes Sud / Sindbad, 2004
Extrait :
Ici, sur les pentes des collines, face au couchant
Et à la béance du (…)

Cinq poèmes préislamiques

1er janvier 2004

Cinq poèmes préislamiques

SINDBAD / ACTES SUD COLLECTIF
Traduit de l’arabe par Pierre Larcher “La Petite Bibliothèque de Sindbad” Amours, chevauchées, chasse, ripaille, beuverie, mais aussi guerre et razzia, désert de feu et crue évastatrice, éloge du prince, satire d’un chef, gloire du poète lui-même… : tels sont les thèmes de cette poésie d’origine nomade et de tradition orale, liée aux cours princières de l’Arabie d’avant l’islam. Ces cinq poèmes préislamiques constituent une suite aux Sept Poèmes, plus connus sous le surnom de (…)

Le Golfe et le Fleuve de Badr Chaker As-Sayyab

1er décembre 2003

Le Golfe et le Fleuve de Badr Chaker As-Sayyab

Poèmes traduits de l’arabe (Irak) et présentés par André Miquel “La Petite Bibliothèque de Sindbad” Entre romantisme, surréalisme et néo-réalisme, l’écriture du poète engagé Badr Châker as-Sayyâb (1927-1964) annonce la rupture et le renouveau : il a su donner aux grands mythes de la culture populaire arabe un souffle neuf, celui du rêve de révolution. “Il semble que la discrétion naïve de Badr Châker as-Sayyâb, un des plus grands poètes de l’Irak moderne, ait voulu, jusque dans la mort, conserver à sa personne (…)

Poèmes de Majnûn

1er octobre 2003

Poèmes de Majnûn

Collection SINDBAD
Traduits de l’arabe, présentés et annotés par André Miquel Calligraphies de Ghani Alani. La Bibliothèque arabe, “Les Classiques”. De tous les poètes arabes qui ont chanté l’amour parfait et impossible, Majnûn, homme de chair et de sang ou lui-même personnage de légende, est l’un des plus grands. Sous ce nom (le Fou, ou le Fou de Laylâ : Majnûn Laylâ) se cache un jeune homme, Qays ibn al-Mulawwah, qui n’a peut-être pas existé. D’entrée de jeu, il s’agit d’un inextricable duo entre (…)

Le fou de Laylâ de Majnûn

1er septembre 2003

Le fou de Laylâ de Majnûn

De tous les poètes arabes qui ont chanté l’amour parfait et impossible, Majnûn, homme de chair et de sang ou lui-même personnage de légende, est l’un des plus grands.

La liberté est une fleur par Zizi Jeanmaire

1er septembre 2003

La liberté est une fleur par Zizi Jeanmaire

Paroles de Marcel Aymé et Raymond Queneau
Livre-disque
Zizi Jeanmaire interprète des chansons pour la moitié inédites de Marcel Aymé et Raymond Queneau, mises en musiques ou revisitées avec la complicité de Richard Galliano et de Michel Legrand.
“La liberté est une fleur qui s’effeuille au vent du bonheur…” En prélude à son retour à la scène, au Théâtre du Châtelet du 7 au 15 mars 2003, Zizi Jeanmaire interprète ici une douzaine de chansons pour moitié inédites, dont les paroles sont signées soit par (…)

Poème
de l’instant

Juneau

Had I been there
Looking across at the glacier
And wondering why it recedes
And does not advance,
I would surely have gone
To the little cafe on the wharf
And lunched on fresh halibut.
I would have been
Where I ought to have been,
In my mind, fishing deep waters.

N. Scott Momaday, « Juneau », apulée, Éditions Zulma, 2021.