Actes Sud

Maison d’édition généraliste, éditant quelques titres de poésie, des anthologies de poésie étrangère (Mexique, Africaine, falmande…) et des anthologies poétiques personnelles (Vénus Khoury-Ghata) et des titres de poésie jeunesse (Roland Causse…)

Contact

Place Nina Berberova Le Méjan BP 38

13200

Arles

Etat de siège

1er mars 2004

Etat de siège

Assiégé à Ramallah, le poète note au jour le jour, en de très courts poèmes, ses impressions sur une guerre de plus en plus atroce qu’illustre à sa manière, très sobrement, le photographe Olivier Thébaud.
Photographies d’Olivier Thébaud "Archives privées"
143 pages, format 15 x 20,5 / 42 photographies
titre original : Hâlat hisâr ; éditeur original : Riad el-Rayyes, Beyrouth, 2002
en France : Actes Sud / Sindbad, 2004
Extrait :
Ici, sur les pentes des collines, face au couchant
Et à la béance du (…)

Cinq poèmes préislamiques

1er janvier 2004

Cinq poèmes préislamiques

SINDBAD / ACTES SUD COLLECTIF
Traduit de l’arabe par Pierre Larcher “La Petite Bibliothèque de Sindbad” Amours, chevauchées, chasse, ripaille, beuverie, mais aussi guerre et razzia, désert de feu et crue évastatrice, éloge du prince, satire d’un chef, gloire du poète lui-même… : tels sont les thèmes de cette poésie d’origine nomade et de tradition orale, liée aux cours princières de l’Arabie d’avant l’islam. Ces cinq poèmes préislamiques constituent une suite aux Sept Poèmes, plus connus sous le surnom de (…)

Le Golfe et le Fleuve de Badr Chaker As-Sayyab

1er décembre 2003

Le Golfe et le Fleuve de Badr Chaker As-Sayyab

Poèmes traduits de l’arabe (Irak) et présentés par André Miquel “La Petite Bibliothèque de Sindbad” Entre romantisme, surréalisme et néo-réalisme, l’écriture du poète engagé Badr Châker as-Sayyâb (1927-1964) annonce la rupture et le renouveau : il a su donner aux grands mythes de la culture populaire arabe un souffle neuf, celui du rêve de révolution. “Il semble que la discrétion naïve de Badr Châker as-Sayyâb, un des plus grands poètes de l’Irak moderne, ait voulu, jusque dans la mort, conserver à sa personne (…)

Poèmes de Majnûn

1er octobre 2003

Poèmes de Majnûn

Collection SINDBAD
Traduits de l’arabe, présentés et annotés par André Miquel Calligraphies de Ghani Alani. La Bibliothèque arabe, “Les Classiques”. De tous les poètes arabes qui ont chanté l’amour parfait et impossible, Majnûn, homme de chair et de sang ou lui-même personnage de légende, est l’un des plus grands. Sous ce nom (le Fou, ou le Fou de Laylâ : Majnûn Laylâ) se cache un jeune homme, Qays ibn al-Mulawwah, qui n’a peut-être pas existé. D’entrée de jeu, il s’agit d’un inextricable duo entre (…)

Le fou de Laylâ de Majnûn

1er septembre 2003

Le fou de Laylâ de Majnûn

De tous les poètes arabes qui ont chanté l’amour parfait et impossible, Majnûn, homme de chair et de sang ou lui-même personnage de légende, est l’un des plus grands.

La liberté est une fleur par Zizi Jeanmaire

1er septembre 2003

La liberté est une fleur par Zizi Jeanmaire

Paroles de Marcel Aymé et Raymond Queneau
Livre-disque
Zizi Jeanmaire interprète des chansons pour la moitié inédites de Marcel Aymé et Raymond Queneau, mises en musiques ou revisitées avec la complicité de Richard Galliano et de Michel Legrand.
“La liberté est une fleur qui s’effeuille au vent du bonheur…” En prélude à son retour à la scène, au Théâtre du Châtelet du 7 au 15 mars 2003, Zizi Jeanmaire interprète ici une douzaine de chansons pour moitié inédites, dont les paroles sont signées soit par (…)

Le Testament d’Orphée par Jean Cocteau

1er septembre 2003

Le Testament d’Orphée par Jean Cocteau

par Lucien Clergue
Photographie Quarante ans après, Lucien Clergue exhume les photographies qu’il réalisées durant le tournage du mythique Testament d’Orphée de Jean Cocteau. “L’ouvrage que nous publions est resté dans les oubliettes de l’histoire pendant quarante ans. Exhumé il y a peu, à la faveur d’une vente publique où il passa de main en main, il est enfin restitué au public tel que Jean Cocteau l’avait conçu, mais il ne put paraître sous cette forme, faute de moyens suffisants. Quarante ans après sa (…)

Actes de colloque, Mahmoud Darwich

1er septembre 2003

Actes de colloque, Mahmoud Darwich

Colection SINDBAD / ACTES SUD
COLLECTIF
Mahmoud Darwich, actes de colloque
Textes de Mahmoud Darwich, Elias Sanbar, Elias Khoury, Farouk Mardam-Bey. Coédition La Cité du livre (Aix-en-Provence). Des interventions du poète Mahmoud Darwich et de ses amis écrivains apportent un éclairage personnel sur son œuvre. Du 4 au 6 avril 2003, la Cité du livre à Aix-en-Provence a organisé une rencontre avec le poète palestinien Mahmoud Darwich, laquelle s’est déroulée dans une ambiance particulièrement (…)

Léo Ferré, une vie d’artiste

1er juillet 2003

Léo Ferré, une vie d’artiste

par ROBERT BELLERET
Biographie RÉIMPRESSION ET REMISE EN VENTE A partir de documents et de témoignages, l’existence complexe et passionnée de l’artiste Léo, qui fêterait cette année ses cent ans. De Monaco où il est né à Saint-Germain-des-Prés, du boulevard Pershing à l’îlot du Guesclin, du château de Perdrigal (Lot) à la semi-retraite du Castellina-in-Chianti (Toscane), en passant par la Mutualité (les grands rassemblements libertaires et le récital “historique” du 10 mai 1968), Bobino, l’Olympia, l’Opéra (…)

Murale

1er mars 2003

Murale

Murale renvoie d’emblée aux grandes fresques antiques et médiévales, celles où l’artiste-artisan figure en général les deux dualités fondamentales : vie/mort et mort/résurrection. C’est aussi, en quelque sorte, par référence à une autre tradition culturelle, une mu ’allaqa, ode qui exprimait avant l’islam la vision du monde des Arabes du désert, et qui, dit-on, était accrochée, en signe de vénération, au mur du temple de La Mecque.
Affrontant le mystère de la mort, Mahmoud Darwich nous livre son poème le plus (…)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.