28 ares de vivre

Auteur : Jean-Luc Steinmetz

28 ares de vivre

Encre de couverture de Pierre Zanzucchi.

Poursuivant une œuvre étonnamment variée, Jean-Luc Steinmetz dans la première partie de son livre prolonge une émotion écologique inspirée par le grand Henry David Thoreau. Ailleurs, il restitue une saison perdue où il cède place à une voix féminine. La dernière section, « Le Legs », comporte 86 strophes de huit vers sur le modèle du Testament de François Villon, mais avec la tendre ironie des bandes dessinées de son enfance et de son adolescence. La discrétion voisine ici avec la virtuosité. La vie vécue prend les dimensions d’un mythe personnel. À tout instant le poète laisse entrevoir à son lecteur les éléments d’un art de vivre que seule est capable d’énoncer la poésie face à l’« horreur économique ».

Paru le 6 juin 2019

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.