Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Jean-Luc Steinmetz


Biographie

Né à Tours en 1940. Poète, critique, essayiste, il est également professeur à l'université de Nantes. Il crée en 1969, avec Christian Prigent, à Rennes, la revue d'avant-garde TXT (voir anthologie TXT, Christian Bourgois, 1996).
Il fonde, en 1981, à Rennes, la revue Térature. Auteur de nombreux essais critiques publiés aux éditions Corti et de trois importantes biographies : Arthur Rimbaud, Mallarmé, Pétrus Borel.

Bibliographie

  • N'Essences, proses, La Rivière Echappée, 2002
  • Antologia poética (1968-2000), éd. bilingue, Buenos Aires, 2002
  • La ligne de ciel, Le Castor Astral, 2000
  • Dernières nouvelles d'un sentier, L'étoile des limites, Charleville, 1995, prose
  • Sous la pesanteur naturelle, Wigwam, Rennes, 1995, prose
    L'écho traversé , co-éd. Le Castor Astral, La Rivière échappée, 1995
  • Chute libre dans le matin, Le Castor Astral, 1994
  • Le mois de janvier, récit, Le Castor Astral, 1994

    N°22 de la revue Flache (Charleville, 1997) avec un entretien avec Jean-Baptiste Para
    Article par G.Farasse dans Dictionnaire de la poésie contemporaine, de Baudelaire à nos jours (PUF, 2001)

  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    Suites et fins Le Castor Astral (2017)
    Vies en vue Le Castor Astral (2015)
    Et pendant ce temps-là Le Castor Astral (2013)

    Autres parutions présentées sur ce site

    Le dépositaire Le Castor Astral (2011)
    Les poètes de l'Ile verte La Passe du Vent (2010)
    Le jeu tigré des apparences Le Castor Astral (2008)
    Jusqu’à Le Castor Astral (2003)
    N'essences Apogée (2001)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Depuis presque des siècles je suis cet homme encadré par une fenêtre
    et dont le regard croit se confondre avec la vérité.
    Il la prend contre lui,
    s'étonne de n'y trouver nul parfum de plus qu'au jour.
    Le ciel est d'une simplicité telle
    qu'il détruit les embruns de colère,
    n'admet d'autre majesté
    que celle de flamber sur les têtes et les noms qui peuplent la terre.

    Comme je suis touché par cette maladresse
    superbe
    d'être un vivant pourvu de mots!
    Comme j'admire la moulure qui sertit d'intelligence une fenêtre!
    Louange aux quelques heures où s'arrondit le soleil.
    Et que la pitié monte des herbes couvrant les morts.

    Extrait de "Aujourd'hui de nouveau", éd. Ubacs, 1990.

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter