Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Lucien Suel


Biographie

Poète ordinaire né en 1948 à Guarbecque (Flandres artésiennes).
Il a publié la revue "The Starscrewer", consacrée à la poésie "beat", puis "La Moue de Veau", magazine "Dada-punk", tout en pratiquant l'art postal (ou mail art) à l'échelle planétaire. Il anime la Station Underground d'Emerveillement Littéraire.
ses oeuvres imprimées comme ses prestations scéniques couvrent un large registre, allant de coulées verbales "beat" à l'expérimentation de formes arithmogrammatiques (poèmes composés de lignes à nombre de caractères typographiques égal, croissant, ou décroissant), du collage et du caviardage (poèmes express) à la "performance" (notamment avec le groupe de rock "Potchük" et au sein de "cheval23").
Il anime aujourd'hui le blog Silo et la Station Underground d'Emerveillement Littéraire.

Bibliographie

Poésie :

  • Les versets de la bière, journal (1986-2006), Dernier Télégramme, 2013
  • Patismit, Dernier Télégramme, 2013
  • Nous ne sommes pas morts, éd du Dernier Télégramme, 2012
  • Transport visage découvert, Dernier Télégramme, 2012
  • Les terrils : ombre et clarté, photos de Patrick Devresse, Centre historique Minier, 2007 (commande auprès de l'auteur)
  • Sombre ducasse ed. Le-Mort-qui-trompe 2007
  • Zoographie, Les éditions du soir au matin, Merville, 2007
  • N'est-ce pas ?, Editions l'âne qui butine, 2007
  • Poèmes express, éditions Redfoxpress, 2007
  • Coupe Carotte, ed. Derrière la Salle de Bains, Rouen, 2002
  • Une simple formalité (avec Sylvie Granotier), ed. du Marais du Livre, Haebrouck, 2001
  • Les coups, ed. de l'Attente, coll. Week-end, Bordeaux, 2001
  • L'envers du confort, Voix éditions, coll. Vents contraires, Montigny-lès-Metz, 2001
  • Visions d'un jardin ordinaire (avec des photos de Josiane Suel), ed. du Marais du Livre, Hazebrouck, 2000
  • Têtes de porc, moues de veaux (avec des photos de Patrick Roy), ed. Pierre Mainard, Bordeaux, 1999
  • Sous-bois standard (les idiots), ed.de l'Attente, coll. Week-end, Bordeaux, 1999
  • La justification de l'abbé Lemire, ed. Mihàly, Gennevilliers, 1998


    Romans

  • La patience de Mauricette, La Table ronde, 2009
  • Mort d'un jardinier, La Table ronde, 2008


  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    Ni bruit ni fureur La table ronde (2017)
    Poèmes à dessiner et à colorier Centre de création pour l'enfance (2015)
    Je suis debout La table ronde (2014)

    Autres parutions présentées sur ce site

    Petite ourse de la pauvreté Dernier télégramme (2012)
    Jules-Alexis Muenier Editions invenit (2012)
    Sombre Ducasse Le Trompe La Mort (2007)

    + Consulter les archives


    Extrait
    EXILS
    des
    SILEX

    L'océan a tranché la fragile falaise. Les cordons de silex ont déroulé leur
    rayure pointillée dans la candeur des calcaires, face à leurs compagnons de
    voyage dans le temps (White cliffs of Dover).
    Rangés au sein de la muraille crayeuse, comme les soldats morts des
    tranchées dans les alentours d'Arras, les silex se frôlent, se touchent, se
    pressent, moignons de silice dans une gangue de craie humide. Ils attendent
    la chute.
    D'autres ont déjà roulé sur la plage, dans la vague, la marée. La peau
    blanche, les trop courtes jambes torses, les petits bras thalidomidés, tout
    cela s'use assez rapidement dans le familial frottement abrasif. Silex
    finissant par rouler ensemble, graves billes noires tournoyant dans l'écume
    blanche, dans le vacarme d'un bowling monstrueux, silex victimes de la dure
    loi, la très dure loi de l'entropie !

    Ailleurs dans l'intérieur des terres, sous les collines herbeuses, d'autres
    silex sont en gestation. Quelquefois, un oursin les a accompagnés à travers
    les éons, une greffe fabuleuse opérée dans la profondeur. Une main terreuse
    caresse l'animal minéral qui a voyagé dans le temps. Le terrassier est ému.
    Parfois, le métal du pic tinte contre la pierre. La musique cristalline des
    silex vibre dans la lumière retrouvée du jour. L'intérieur du caillou cache
    une chambre noire et brillante où les siècles ont accumulé la glace obscure
    des matins oubliés, le temps éternel.
    Les socs de charrue brisent aussi les reins des roches, outil contre outil.
    Coupe dans le temps. Coupe aussi dans l'espace, d'un poing crispé à l'autre
    poing, voyage immobile du silex mort.

    La Tiremande
    Janvier 2002

    Autres poèmes
  • Le sonnet de Tourcoing

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter